Huffpost Canada Quebec qc

La nature est morale et la morale naturelle, confirme la science

Publication: Mis à jour:
La nature serait morale et la morale, naturelle.
La nature serait morale et la morale, naturelle.

VANCOUVER, 21 février 2012 (AFP) - L'humanité, un milieu de rivalités agressives et brutales? Non, répond de plus en plus la recherche biologique, qui note que des espèces proches de l'homme cultivent naturellement la coopération et l'entraide.

"Les humains nourrissent plein de tendances sociales", a déclaré le biologiste Frans de Waal devant les milliers de chercheurs réunis à la rencontre annuelle de l'Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS) à Vancouver.

"Des recherches récentes sur les animaux d'espèces supérieures, des primates et éléphants aux souris, ont montré que les comportements de coopération et d'entraide avaient un fondement biologique", a dit le chercheur néerlandais, auteur de "L'Ere de l'empathie".

"Jusqu'à il y a douze ans, l'opinion dominante des scientifiques et des décideurs était que les humains étaient fondamentalement +méchants+ et qu'ils cachaient cette méchanceté par une mince couche de morale", a dit M. de Waal devant les chercheurs et journalistes venus d'une cinquantaine de pays.

"Mais les humains --et la plupart des espèces supérieures-- sont +moraux+ au sens scientifique du terme, parce qu'ils ont besoin de coopérer entre eux pour se reproduire et transmettre leurs gènes", a poursuivi le biologiste.

"La recherche repousse l'opinion, dominante depuis le XIXe siècle et typique chez le biologiste Thomas Henry Huxley, selon lequel la moralité serait une création humaine, absente de la nature", a-t-il affirmé. "Il est faux aussi, contrairement à une opinion répandue, que cette vision ait été soutenue par Charles Darwin".

Le père de la théorie de l'évolution "était bien plus clairvoyant que la plupart de ses partisans", a poursuivi M. de Waal, citant "La Filiation de l'homme", dans lequel Darwin expliquait que les animaux qui ont créé "d'évidents instincts sociaux, allaient acquérir inévitablement un sens moral ou une conscience".

Il a montré au public des vidéos montrant le stress d'un singe privé d'une gourmandise offerte à un autre singe et un rat renonçant à un bout de chocolat pour aider un congénère à s'échapper d'un piège.

"De telles recherches montrent que les animaux ont des tendances naturelles à la sociabilité, à la réciprocité, la correction, l'empathie et la consolation", a dit le chercheur de l'Université Emory d'Atlanta (Sud-Est des Etats-Unis).
"La morale humaine est impensable sans empathie", a-t-il ajouté.

Interrogé sur le poids de ces instincts sociaux dans un univers capitaliste fondé sur la concurrence, il a reconnu que selon les chercheurs, les animaux réservent leur sympathie aux membres du groupe auquel ils appartiennent et que la compétition est une tendance naturelle des hommes dans un monde globalisé.

La morale s'est développée selon lui chez les humains dans de petites communautés et les gens cherchent maintenant à étendre leur capacité d'empathie à l'ensemble de la planète.

"Je ne dis pas que c'est impossible, je pense qu'il faut essayer de le pousser aussi loin que possible, mais c'est un défi... C'est une nouvelle expérience pour l'espèce humaine que d'appliquer au monde entier un système prévu pour des groupes" restreints, a observé M. de Waal.

Sur le web

Loi naturelle - Wikipédia

La conscience morale - De l'homme à l'humain et de l'instinct à l'amour

16 - Philagora, ressources culturelles