France D'Amour jazze à Montréal en lumière avec «Bubble Bath & Champagne»

France Damour Montreal Lumiere

Le Huffington Post Québec   Première Publication: 21/02/2012 11:42 Mis à jour: 22/02/2012 11:19

Romantisme et créativité vont de pair. Moi, en tout cas, être créative me rend plus romantique avec les années», laisse tomber France D'Amour, à la veille de son spectacle Bubble Bath & Champagne, dans le cadre du festival Montréal en lumière.

Avec sa voix reconnaissable entre toutes, elle s'exprime sur ce nouveau style qu'elle enfile comme une seconde peau. «Quand j'entends de la musique de cette époque-là, les genoux me plient à chaque fois.» Depuis toujours, l'envie la rongeait de jouer du jazz de ces années-là, mais elle ne se sentait pas prête. Pendant sa tournée à travers le Québec, son syndrome de l'imposteur a peu à peu fondu.

France D'Amour au Festival Montréal en lumière
1  sur  14
JOUER
PLEIN ÉCRAN
ZOOM
Partager cette image 
(Photo: Marc Young)

«Plusieurs musiciens jazz sont venus voir le show et m'ont dit que je n'avais pas de complexe à avoir. Que c'était du calibre de n'importe quel spectacle jazz. Ces commentaires m'ont donné confiance. C'est de l'énergie gaspillée de penser le contraire.»

Sans savoir exactement ce qui l'attire tant dans cette musique, France s'y sent à sa place. Et elle devient de plus en plus romantique avec le temps. «J'ai du mal à imaginer un créateur qui ne serait pas du tout romantique. Facile pour moi de dire ça, car je suis célibataire, mais il me semble que les couples qui vont bien sont romantiques. Ils doivent faire preuve de créativité pour que le couple fonctionne.»

Elle ressentait le besoin d'exploiter ce côté d'elle-même, et continuera cette année à jouer dans les deux genres musicaux, mais pas en même temps. «Quand j'arrive dans un show rock, j'ai 14 ans d'âge mental. Le jazz me demande tout mon jus de cerveau.»

Elle fera quelques spectacles de son répertoire pop et rock cet été dans les festivals, mais sa tournée Bubble Bath & Champagne continuera jusqu'en décembre prochain, et son répertoire pop n'en fera pas partie. Quelques standards jazz et les compositions de son dernier album, au style des années 1930, seront l'essence du spectacle.

Pas de reproduction fidèle de l'époque, mais on en garde l'esprit. «Dans ce temps-là, les musiciens n'allaient pas performer en jeans. On respecte ça dans le show. On est tirés à quatre épingles. Pour la première fois, je suis en robe et talons hauts sur scène et les musiciens n'ont jamais été aussi beaux.» Comme sur l'album, elle est accompagnée, entre autres, du guitariste Jason Lang, qui chante aussi avec elle, et réchauffera la salle en première partie.

L'expérience pourrait être autre chose qu'une parenthèse. «La réponse est tellement bonne. Mais je suis en train d'écrire présentement et c'est du pop en français, donc... On dirait que mon chemin se sépare en deux. Le coté jazz et ouvert sur le monde va continuer, et le côté pop aussi.» Faut-il s'attendre à des albums jazz et pop en alternance? La chanteuse et musicienne laisse planer l'idée.

Jason Lang au Festival Montréal en lumière
1  sur  6
JOUER
PLEIN ÉCRAN
ZOOM
Partager cette image 
(Photo: Marc Young)
SUIVRE LE Québec