Corneille à la reconquête des Français

Première Publication: 19/02/2012 17:24 Mis à jour: 20/02/2012 09:54

PARIS - Après une éclipse de presque deux ans, Corneille est en voie de réussir son retour sur le devant de la scène en France.

Reprenant le fil d'une tournée engagée à l'automne avec la sortie de son cinquième album, Les Inséparables, le chanteur québécois d'origine rwandaise s'est produit dans un Bataclan plein à craquer la semaine dernière. Il était en Martinique en fin de semaine et vient d'annoncer qu'il se produira à l'Olympia en novembre prochain.

Corneille aura mis deux années à se remettre de l'échec de Sans titre, son disque précédent, sorti quatre ans après Les Marchands de rêve. Entre les deux, l'auteur-compositeur-interprète avait tâté le marché anglophone avec The Birth of Cornelius, enregistré pour la célèbre maison Motown.

En France, on peut parler d'une sorte de renaissance pour Corneille, même si on est encore loin du gigantesque succès qu'il avait connu à ses débuts, il y a dix ans, avec le cultissime «Parce qu'on vient de loin». Vendu à 700 000 exemplaires, dit-on, l'album lui a apporté gloire et fortune. En 2004, Corneille passait en boucle sur toutes les radios et remplissait les Zéniths (des salles de plus de 5000 places). Ses concerts avaient aussi attiré 700 000 spectateurs. Tout ça lui avait valu d'être classé, avec des gains évalués à 3,1 millions d'euros, au quatrième rang des chanteurs les mieux payés, derrière Michel Sardou, Francis Cabrel et Charles Aznavour.

Aujourd'hui les petites salles ont remplacé les grandes. C'est là que Corneille, candidat cette année aux "NRJ Music Awards" dans la catégorie artiste masculin francophone de l'année, mène son patient travail de reconquête. Il avait lancé son disque à La Bellevilloise, une salle alternative d'un quartier populaire de Paris, et commencé sa tournée au Nouveau Casino (300 places), à l'endroit même où il avait fait ses débuts. Il a ensuite poursuivi sa route en province, à Saint-Etienne, Clermont-Ferrand, Toulouse ou Marseille, toujours dans de petits lieux.

Résultat des courses, quatre mois après sa sortie, Les Inséparables, mêlant sonorités soul, R&B et rap, viennent d'être couronnés disque d'or (50 000 exemplaires vendus). Le cd paraîtra au Québec au printemps, maintenant que Corneille a rejoint Tandem, la maison de production de Paul Dupont-Hébert.

Mercredi, le Bataclan affichait donc complet, d'autant que le chanteur avait invité sur scène la Fouine et Youssoupha, deux des rappeurs qui figurent sur Les Inséparables. Le spectacle a duré deux bonnes heures. Si la folie Corneille n'est plus la même, la fièvre demeure apparemment intacte.

SUIVRE LE Québec

Publié par Julie Marcil  |