Huffpost Canada Quebec qc

Une puce dans le corps pour traiter l'ostéoporose

Publication: Mis à jour:
Un traitement efficace?
Un traitement efficace?

VANCOUVER, 16 février 2012 (AFP) - Un essai clinique a montré pour la première fois qu'il est possible de contrôler à distance une puce implantée dans le corps pour diffuser des doses de médicament, dans ce cas pour traiter l'ostéoporose chez les femmes.
Cette technique pourrait être appliquée pour soigner plus efficacement d'autres maladies comme le cancer, selon les auteurs de l'étude parue dans la revue Science Translational Medicine datée du 16 février.
Ces travaux devaient également faire d'objet d'une présentation à la presse dans le cadre de la conférence annuelle de la Société américaine pour la promotion de la science (AAAS) qui réunit 8.000 chercheurs à Vancouver au Canada du 16 au 20 février.
L'étude clinique a été menée au Danemark avec un groupe de sept femmes souffrant d'ostéoporose, qui se caractérise par une perte osseuse progressive.
Les femmes vieillissantes constituent 80 % des personnes atteintes de cette maladie qui provoque le plus souvent des fractures de la hanche ou du poignet.
"Les malades n'auront plus à se souvenir de prendre leur médicament ou de subir les douleurs des injections multiples nécessaires pour traiter l'ostéoporose", explique le Dr Robert Farra, patron de la firme MicroCHIPS basée dans le Massachusetts (nord-est des Etats-Unis) qui a développé cette puce électronique.
Il est l'un des co-auteurs de cette communication avec d'autres chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), de la faculté de médecine de Harvard et l'Université Case Western Reserve (Ohio, est).
A la différence de la plupart des puces qui, programmées à l'avance, libèrent lentement de petites doses de médicament pendant une certaine période, cette nouvelle puce diffuse le traitement grâce à une commande à distance par le biais d'un système sans fil.
"Ce système permet de diffuser un médicament dans le sang rapidement comme avec une injection", explique le Dr Farra.

Sur le web

Implant : actualité en direct