Huffpost Canada Quebec qc

Oscars: le Québécois Patrick Doyon, en nomination pour son film Dimanche

Publication: Mis à jour:
OSCAR PATRICK DOYON
Patrick Doyon, l'autre Québécois aux Oscars | Getty Images

MONTRÉAL - Patrick Doyon est fort conscient des implications d'une mise en nomination aux Oscar pour son premier film professionnel, «Dimanche».

«J'ai plus de pression pour le deuxième», lance-t-il, sourire en coin, dans son studio montréalais.

«Dimanche» est l'une des deux oeuvres de l'ONF qui se retrouve en lice dans la catégorie du meilleur court métrage d'animation — l'autre étant «Wildlife», de Wendy Tilby et Amanda Forbis.

Même s'il a chopé un rhume lors de son dernier passage à Los Angeles, l'enthousiasme de Patrick Doyon n'a pas diminué à l'idée de fouler le tapis rouge le 26 février prochain.

«C'est très excitant. C'est un peu intimidant parce qu'il y a des tonnes de vedettes là-bas... mais ce n'est pas quelque chose qui arrive souvent, alors je tenterai de savourer chaque instant.»

«Dimanche» est un voyage charmant dans l'imaginaire d'un enfant qui tente de trouver un moyen de se changer les idées au cours d'une pénible visite dominicale chez ses grands-parents en compagnie de ses parents.

«Je voulais raconter une histoire au sujet de l'ennui sans ennuyer le public pour autant. Mais tout est exagéré, alors il ne s'agit pas d'un film autobiographique», tient à préciser Patrick Doyon.

Le court métrage d'une dizaine de minutes n'a pas seulement eu le mérite d'attirer l'attention des bonzes de Hollywood: il a également séduit les membres de la famille de M. Doyon.

«Ils étaient vraiment heureux», a exposé l'artiste de 32 ans.

Contrairement à plusieurs animateurs contemporains, Patrick Doyon a choisi de mettre à profit la bonne vieille technique d'animation qui consiste à dessiner chaque image à la main au lieu d'avoir recours à un logiciel d'animation informatique.

«Pour moi, c'était un choix naturel», dit-il. Le dessin lui est toujours plus facile puisqu'il apprivoise toujours les logiciels d'animation.

«J'ai mis deux ans à le faire. Chaque seconde dans le film est dessinée, il n'y a aucun effet spécial. Tout est dessiné, même la neige.»

Patrick Doyon a l'impression que les techniques d'animation traditionnelles arrivent mieux à transmettre l'émotion.

«C'est un sentiment différent. Pour moi, c'est plus chaleureux... mais la chose la plus importante demeure l'histoire», conclut-il.

Sur le web

Patrick Doyon - IMDb

doiion

Patrick Doyon : Les beaux dimanches – Cinéma – Voir.ca

Patrick Doyon - Comme Au Cinéma

Patrick Doyon - AlloCiné