Hollande est un menteur matin et soir selon Sarkozy

Publication: Mis à jour:
François Hollande et Nicolas Sarkozy. (Photo Archives)
François Hollande et Nicolas Sarkozy. (Photo Archives)

ANNECY, 16 février 2012 (AFP) - Désormais officiellement candidat à un second mandat, Nicolas Sarkozy s'en est violemment pris au socialiste François Hollande, favori de la présidentielle, l'attaquant sur un programme "qui affaiblit la France" selon lui, sans toutefois dévoiler le sien.

Hollande a pour sa part accusé Sarkozy de "falsification, caricature et manipulation".

Sans citer nommément son principal adversaire, le président-candidat n'a visé que lui dans ses attaques, lors d'un premier meeting de campagne à Annecy, ville bourgeoise au pied des Alpes (centre-est) acquise à la droite et tremplin d'une difficile reconquête.

Il accuse son principal rival d'être un menteur invétéré, pilonne consciencieusement plusieurs de ses propositions et l'associe au bilan désastreux qu'il dresse des mesures phares pour les socialistes, comme la retraite à 60 ans, renvoyant la famille socialiste aux "vieux démons de l'idéologie".

"Quand on dit à la presse anglaise qu'on est libéral et quand on vient expliquer aux Français que l'ennemi, c'est la finance, on ment, on ment matin et soir et ce mensonge n'est pas à l'honneur de celui qui le professe", a-t-il lancé, en référence à une interview du candidat socialiste au Guardian.

Au lendemain de sa déclaration de candidature, il affirme vouloir, lui, "dire la vérité" à des Français sceptiques, actuellement prêts à voter François Hollande à plus de 57% au second tour de la présidentielle le 6 mai selon les derniers sondages.

Se posant en grand réformateur, le président a égrené les chantiers de son quinquennat, de la réforme des universités à celle des retraites, pour mieux s'attaquer à son adversaire socialiste, visant certaines de ses propositions pour notamment réduire la part du nucléaire dans l'énergie ou sa promesse de renégocier le dernier traité européen sur la stabilité budgétaire.

"Quand on donne le droit de vote aux étrangers aux élections locales, on affaiblit la France. Quand on compromet l'avenir de la filière nucléaire, on compromet notre indépendance énergétique, on affaiblit la France. Quand on ne respecte pas la parole de la France, les engagements que la France a pris vis-à-vis de ses alliés, vis-à-vis de ses partenaires, on affaiblit la France parce que la France n'a qu'une parole", a-t-il lancé.

"Ceux qui ont promis la retraite à 60 ans ne sont plus là mais vous, les Français, vous en payez encore les conséquences. Ceux qui ont fait les 35 heures ne sont pas aux responsabilités mais vous, les Français, vous en avez payé les conséquences", a-t-il martelé, s'attaquant à nouveau aux socialistes devant une salle conquise.

Confessant des "erreurs", il s'est aussitôt félicité d'avoir changé la France et s'est targué de n'avoir "jamais cédé à la pression de la rue".

"Au fond, j'ai considéré que je n'avais pas le droit de laisser les vieux démons de l'idéologie qui nous ont coûté si cher dans le passé reprendre le dessus", a expliqué le président-candidat pour justifier son engagement dans la campagne.

Près de 11 millions de Français avaient suivi sa déclaration de candidature, des centaines l'ont acclamé à Annecy et il compte bien inverser la dynamique dimanche, avec son premier grand meeting dimanche à Marseille (sud-est).

Le défi sera de taille pour le sortant triomphalement élu en 2007 mais donné depuis des mois systématiquement perdant avec plus de 10 points de retard face à François Hollande, tandis que la candidate de l'extrême droite Marine Le Pen reste à un haut niveau d'intentions de vote (15% à 19%).

Depuis le début de la semaine, la droite resserre les rangs autour du chef de l'Etat. Deux petits candidats se sont ralliés à lui et il semble grignoter des voix à l'extrême droite.

Dans sa déclaration de candidature résolument axée à droite, Nicolas Sarkozy a insisté sur sa volonté de réhabiliter la valeur du "travail" face à "l'assistanat" de gauche et de "redonner la parole au peuple par le référendum" face aux élites.

L'opposition a largement ironisé sur la prestation du président-candidat devenu candidat-président en lui renvoyant son bilan qui laisse la France avec un taux de chômage élevé (près de 10%).

-

Suggérer une correction

Sur le web

Présidentielle : à Annecy Nicolas Sarkozy parle du monde qui change

Sarkozy et le référendum : un coup de poker menteur

Selon Le Times, Nicolas Sarkozy est le meilleur candidat "malgré ...

Le poker menteur de Nicolas Sarkozy

Sarkozy-Hollande : Une poignée de main très médiatique

Sarkozy, le candidat dont personne ne voulait

Le projet Sarkozy examiné à la loupe

la matinale du mercredi 15 février 2012

A la Une : Sarkozy-Merkel, même combat…

Raffarin: "Sarkozy est un affectif qui se cache"