Huffpost Canada Quebec qc

Gary Carter est décédé, le « Kid » n'est plus

Publication: Mis à jour:
Gary Carter a succombé à un cancer du cerveau. Il avait 57 ans.(AP Photo)
Gary Carter a succombé à un cancer du cerveau. Il avait 57 ans.(AP Photo)

(Radio-Canada.ca)

L'une des figures emblématiques de l'histoire des Expos de Montréal s'est éteinte aujourd'hui. Surnommé « The Kid », Gary Carter a succombé à un cancer du cerveau. Il avait 57 ans.

Reconnu pour son sourire, Carter est tombé dans un bain de charisme quand il était petit. Né le 8 avril 1954 à Culver City, une banlieue hollywoodienne de Los Angeles, Carter grandit à l'ombre des studios Universal et de la Warner Brothers.

C'est au Sunny Hills High School qu'il se fait d'abord remarquer. Les Expos en font un choix de troisième tour au repêchage de 1972. Il atteint les majeures et dispute un premier match le 16 septembre 1974 contre les Mets de New York.

Succès instantané

Ce sera le début d'une prolifique carrière de 19 saisons. À Montréal, il devient rapidement un favori de la foule.

Les Expos élisent encore domicile au parc Jarry en 1975 quand Carter y va d'une première saison complète avec une moyenne de ,270, 17 circuits et 68 points produits. Ses statistiques lui valent le titre de recrue de l'année de la part du Magazine The Sporting News.

Il est au coeur de ce qui constituera la première vague de joueurs formés dans les filiales des Expos. À la même période, les amateurs voient arriver des noms comme Andre Dawson, Warren Cromartie, Larry Parrish et Ellis Valentine.

Le stade olympique va vibrer au rythme des exploits de Carter, tant à l'attaque qu'en défense. Il reçoit des gants d'or à la position de receveur trois années de suite de 1980 à 1982. Les courses au championnat se succèdent entre les Expos, les Phillies de Philadelphie et les Pirates de Pittsburgh.

En 1981, au terme d'une saison scindée en deux par une grève des joueurs, les Expos ne sont qu'à un retrait d'une place à la série mondiale. Mais Rick Monday, des Dodgers de Los Angeles, claque le coup de circuit qui élimine les « Amours » en début de neuvième manche.

On imagine encore « The Kid » suivant la balle des yeux jusqu'à ce qu'elle franchisse la clôture du champ centre au stade olympique, par-dessus la tête de Dawson.

Celui qui a grandi au pied des collines hollywoodiennes n'a jamais reculé devant les réflecteurs, comme en témoignent ses deux titres de joueur par excellence au match des Étoiles en 1981 et 1984. Carter compte 11 participations à cette classique annuelle.

La gloire... ailleurs

Trois ans plus tard, en 1984, le président de l'équipe John McHale brise le coeur des partisans. Il échange Carter aux Mets de New York. Il venait pourtant de connaître une saison rêve avec sa meilleure moyenne à vie, soit ,366, 32 circuits et un autre sommet personnel de 106 points produits.

Deux ans plus tard, c'est dans la « Big Apple » que Carter goûte au champagne de la Série mondiale. C'est la consécration. Mais ses genoux montrent des signes de fatigue.

En 1989, il ne dispute que 50 matchs avant d'être échangé aux Giants de San Francisco. Il passe aux Dodgers l'année suivante, où les observateurs pensent qu'il fera son dernier tour de piste. (LA SUITE DU TEXTE, SOUS LA GALERIE)

VOYEZ DES IMAGES DE SA CARRIÈRE:

Close
Gary Carter (1954-2012)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Mais, à la surprise générale, c'est dans l'uniforme des Expos qu'il boucle la boucle. À son dernier match à Montréal, le 27 septembre 1992, la foule se lève en bloc en septième manche pour l'ovationner. Carter vient de cogner un double pour produire l'unique point du match face aux Cubs de Chicago.

Le sourire est là. La magie opère encore. Mais c'est la fin. Il sera intronisé au Temple de la renommée de Cooperstown en 2003, à sa première année d'admissibilité. Il est le premier joueur de l'histoire des Expos à franchir ces murs.

Carter nous laisse avec ce souvenir impérissable d'un homme qui, en plus de ses qualités athlétiques indéniables, possédait un don unique : celui de vous mettre à l'aise et de vous faire sentir la personne la plus importante au monde quand vous aviez la chance de le rencontrer et d'échanger avec lui.

Salut le « Kid »!