Iran/nucléaire: 3000 centrifugeuses supplémentaires en activité

Iran Mahmoud Ahmadinejad Nucleaire

Première Publication: 15/02/2012 10:49 Mis à jour: 15/02/2012 11:03

TEHERAN, 15 février 2012 (AFP) - L'Iran qui avait quelque 6000 centrifugeuses en activité sur son site de Natanz y a ajouté 3000 nouvelles, portant à 9.000 le nombre de ses centrifugeuses, a annoncé mercredi le président iranien.

"Quelque 6000 centrifugeuses étaient en activité, 3000 nouvelles y ont été ajoutées, portant leur nombre total à 9000", a déclaré Mahmoud Ahmadinejad, dans un discours en direct à la télévision d'Etat

Selon le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) publié en novembre dernier, l'Iran possédait à l'époque quelque 8000 centrifugeuses, dont 6200 en activité.

L'Iran produisait quelque 150 kilogrammes d'uranium à 3,5%.

"Désormais, notre capacité de production d'uranium à 3,5% a ainsi augmenté de 50%", a précisé M. Ahmadinejad.

"Si nous ajoutons 9000 centrifugeuses de la nouvelle génération, qui sont trois fois plus puissantes que les 9000 existantes, c'est comme si nous avions ajouté 27 000 centrifugeuses de l'ancienne génération", a-t-il expliqué.

L'Iran a annoncé avoir installé à Natanz (centre) une cascade de 164 centrifugeuses de la nouvelle génération trois fois plus puissantes que celles existantes.

Pour sa part, le chef du programme nucléaire iranien, Fereydoun Abbassi Davani, a déclaré que "les opérations d'explorations d'uranium dans le pays avaient été accélérés" et que l'Iran allait inauguré durant la prochaine année iranienne (mars 2012 - mars 2013) "une nouvelle usine de production de yellowcake" utilisé pour faire de l'uranium enrichi.

Réponse aux Européens

L'Union européenne a reçu une réponse du négociateur en chef iranien sur le dossier nucléaire, Saïd Jalili, à la demande d'explications de la chef de la diplomatie européenne sur le programme nucléaire controversé de Téhéran, a indiqué mercredi une porte-parole de Catherine Ashton.

"Nous avons reçu aujourd'hui une lettre de M. Jalili en réponse à la lettre que lui avait envoyée Mme Ashton en octobre 2011. Nous étudions cette lettre avec soin et en collaboration avec nos partenaires du 5+1", qui regroupe les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne, a dit Maja Kocijancic dans un communiqué.

Au nom des 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne), Mme Ashton avait écrit, le 21 octobre, une lettre à l'Iran où elle détaillait sur quelles bases la négociation pouvait reprendre.

Dans ce courrier, Mme Ashton précisait ne pouvoir parvenir à une solution "qu'en se concentrant sur la question clé que sont les inquiétudes concernant la nature" du programme nucléaire iranien.

A ce stade, "nos efforts devront se concentrer sur des étapes concrètes et pratiques pour rétablir la confiance" quant à la "nature exclusivement pacifique" du programme iranien, avait-elle écrit.

Israël réagit avec force

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fustigé mercredi "les menées terroristes" de l'Iran, révélées selon lui au grand jour et qui menacent "l'équilibre mondial", après une série d'attaques visant des diplomates israéliens à New Delhi, Tbilissi et Bangkok.

"L'Iran est le plus grand exportateur de terrorisme au monde et menace l'équilibre mondial. Aujourd'hui, les activités terroristes de l'Iran ont été révélées à tous", a déclaré M. Netanyahu devant la Knesset (Parlement).

"La communauté internationale doit condamner de la façon la plus vive ses méfaits et fixer des limites aux agressions de ce pays, faute de quoi elles s'étendront encore", a ajouté M. Netanyahu.

Le cabinet de sécurité israélien a été informé mercredi de "l'implication (de l'Iran) dans des tentatives répétées de frapper des cibles israéliennes" à l'étranger et a passé en revue les "mesures préventives contre la campagne de terreur iranienne", selon un communiqué.

Deux Iraniens ont été inculpés mercredi au lendemain d'une série d'explosions dans le centre de Bangkok, qui visaient des diplomates israéliens, selon les renseignements thaïlandais.

Les deux suspects, dont un homme de 28 ans qui a eu les jambes arrachées, avaient été arrêtés mardi après une série d'explosions au coeur d'un quartier résidentiel de la capitale thaïlandaise. Un troisième Iranien, recherché après les explosions, a été arrêté mercredi en Malaisie, selon le chef de la police malaisienne.

Dates-clés de la crise du nucléaire iranien depuis 2005:

2005

- 8 août: L'Iran reprend des activités nucléaires dans son usine de conversion d'uranium d'Ispahan (centre), suspendues depuis 2004 en accord avec l'UE-3 (France, Allemagne, Grande-Bretagne).

2006

- 10 jan: L'Iran lève les scellés de plusieurs centres de recherche nucléaire.

- 5 fév: L'Iran cesse d'appliquer le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

- 11 avr: L'Iran annonce avoir procédé à son premier enrichissement d'uranium (3,5%, puis 4,8% en mai).

- 23 déc: Sanctions économiques de l'ONU (renforcées en 2007 et 2008).

2007

- 9 avr: L'Iran annonce être passé à l'enrichissement industriel.

2009

- 9 avr: L'Iran lance la construction à Ispahan de la première usine de fabrication de combustible nucléaire.

- 25-28 sept: Révélation de la construction d'un site secret d'enrichissement à Fordo (centre).

- 27 nov: L'AIEA condamne l'Iran pour son programme nucléaire.

2010

- 9 fév: L'Iran lance la production d'uranium enrichi à 20%, après l'échec d'un projet d'échange d'uranium faiblement enrichi contre du combustible enrichi à 20% par la Russie et la France.

- 9 juin: L'ONU élargit les sanctions, suivie par les Etats-Unis, l'UE, le Canada, l'Australie, le Japon et la Corée du Sud qui adoptent des sanctions économiques plus dures.

- 21 août: Téhéran lance le chargement de la première centrale nucléaire iranienne construite par la Russie à Bouchehr (sud).

- 5 déc: L'Iran annonce sa première production de poudre d'uranium.

2011

- 22 jan: A Istanbul, échec des discussions Iran/5+1 (USA, Russie, Chine, France et GB, plus l'Allemagne), reprises en décembre à Genève après 14 mois d'interruption.

- 19 juil: L'Iran annonce l'installation de centrifugeuses plus rapides, puis le 22 août, le transfert des centrifugeuses de Natanz à Fordo.

- 8 nov: L'AIEA, qui enquête depuis environ huit ans, évoque dans un rapport une "possible dimension militaire" du programme nucléaire iranien.

- 27 déc: Téhéran menace de fermer le détroit d'Ormuz en cas de sanctions visant ses exportations de pétrole. Sévère mise en garde de Washington.

- 31 déc: Washington renforce ses sanctions contre le secteur financier de l'Iran. Celles-ci permettent de geler les avoirs de toute institution financière étrangère qui commercerait avec la Banque centrale iranienne dans le secteur du pétrole.

2012

- 1er jan: L'Iran annonce avoir testé pour la première fois des barres de combustible nucléaire produites localement.

- 9 jan: L'AIEA annonce que l'Iran a commencé la production d'uranium enrichi à 20% sur son site de Fordo et que le matériel nucléaire dans l'installation est sous surveillance de l'agence.

- 11 jan: Assassinat d'un responsable du site nucléaire de Natanz, 4e scientifique iranien tué en deux ans.

- 23 jan: Sanctions de l'UE imposant un double embargo sur le pétrole et la banque centrale iranienne.

- 15 fév: L'Iran annonce la mise au point de centrifugeuses plus performantes et la production de combustible enrichi à 20% pour le réacteur de recherche de Téhéran, tout en se disant prêt à reprendre les négociations 5+1. Le président Ahmadinejad annonce également la mise en service de 3000 nouvelles centrifugeuses sur le site de Natanz, portant le total à 9000.

SUIVRE LE Québec

Publié par Patrick White  |