NOUVELLES

Incendie de prison le plus meurtrier en un siècle : 358 morts au Honduras

15/02/2012 07:15 EST | Actualisé 16/04/2012 05:12 EDT

TEGUCIGALPA, Honduras - Un incendie déclenché par un détenu a rapidement envahi une prison surpeuplée au Honduras, brûlant et suffoquant des hommes criant à tue-tête dans leurs cellules fermées à clef pendant que des secouristes cherchaient désespérément les clefs.

Des responsables ont confirmé que le sinistre avait fait 358 victimes, mercredi, faisant de cet incendie le plus meurtrier à survenir dans une prison, au monde, en un siècle.

La gouverneure de Comayagua, qui a déjà travaillé dans une prison, a déclaré à des reporters qu'un détenu l'a appelée quelques instants avant que l'incendie n'éclate et crié «qu'il mettra le feu à cet endroit et que tous les occupants allaient mourir».

Paola Castro a raconté avoir appelé la Croix-Rouge et le service de protection des incendies immédiatement après avoir reçu le foup de fil, tard mardi soir. Mais les pompiers ont été tenus à l'extérieur de la prison pendant une demi-heure par des gardes qui tiraient des coups de feu dans les airs, croyant qu'ils étaient confrontés à une émeute ou une évasion.

De longue date, les responsables ont toujours eu peu de contrôle sur les conditions régnant dans plusieurs prisons du Honduras, où les détenus ont souvent un accès sans restriction aux téléphones cellulaires et autres objets interdits.

Des survivants ont déclaré à des enquêteurs que le détenu, non identifié, a mis le feu à ses articles de literie à la ferme carcérale de la ville centrale de Comayagua, située à 86 kilomètres au nord de Tegucigalpa. Cet établissement héberge des détenus condamnés pour de graves délits criminels, tels des meurtres et vols à main armée, mais également de présumés criminels n'ayant toujours pas fait l'objet d'un procès.

L'incendie s'est répandu en quelques minutes à peine, tuant les détenus dans leurs barraques fermées à clef.

PLUS:pc