NOUVELLES

Candidature de Sarkozy: "le grand vide", selon Eva Joly

15/02/2012 04:07 EST | Actualisé 16/04/2012 05:12 EDT

PARIS - "Tout ça pour ça", a commenté Eva Joly après la déclaration de candidature du président Nicolas Sarkozy mercredi soir. "Il ne nous a rien dit, c'était le grand vide".

"Pas un mot sur l'écologie, par exemple, pas un mot sur la crise environnementale", a constaté sur France-2 la candidate d'EELV (Europe Ecologie-Les Verts).

A ses yeux, le chef de l'Etat est "dans le déni du bilan de son mandat, dans le déni du fait que sa politique a détruit l'emploi dans notre pays, dans le déni qu'il déstabilise notre pays".

S'agissant de sa proposition de référendum sur l'indemnisation et la formation des chômeurs, Mme Joly y voit "une mauvaise idée venant de sa part parce qu'il a complètement privé les Françaises et les Français de parole pendant cinq ans". De fait, a-t-elle asséné, "vouloir leur redonner la parole sur l'indemnisation du chômage, c'est indécent".

Avec une telle proposition, le candidat Sarkozy veut "nous dire que les chômeurs sont des fainéants et qu'il faut les remettre à la formation de façon obligatoire", a-t-elle dénoncé, voyant là une "fuite en avant".

S'agissant de la campagne qui s'ouvre, la candidate écologiste a reconnu que le président sortant était désormais la principale cible de son mouvement. "C'est clair qu'il faut une alternance, qu'il faut absolument que nous chassions Nicolas Sarkozy du palais de l'Elysée", a-t-elle plaidé.

Selon elle, le bilan du président sortant, c'est "une France qui n'a plus d'usines, qui n'a plus d'emplois et où les Français sont opposés les uns aux autres". AP

tl/cb

PLUS:pc