NOUVELLES

Viabilité des pensions: Harper savait que certains Canadiens s'inquiétaient

14/02/2012 05:33 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Des sondages commandés par le gouvernement fédéral suggèrent que Stephen Harper misait sur de grandes inquiétudes au sein de la société canadienne lorsqu'il a évoqué une réforme des programmes de pensions.

Quelques mois avant que le premier ministre ne déclare que le système de pension de vieillesse canadien n'est plus viable à long terme sans des changements majeurs, une étude tirait déjà la sonnette d'alarme.

Des sondages et des groupes de discussions menés pour le compte du Bureau du conseil privé, le «ministère du premier ministre», indiquaient que les Canadiens s'inquiètent beaucoup du vieillissement de la population, et se demandent si Ottawa est prêt à affronter cette nouvelle donne.

La capacité du gouvernement fédéral à répondre à la crise qui vient a notamment été remise en question par plusieurs participants, selon le Walker Consulting Group, en charge d'effectuer les coups de sonde.

En réponse à des questions ouvertes, plusieurs répondants ont affirmé aux sondeurs qu'Ottawa devait accorder une attention particulière à la viabilité des pensions de vieillesse et à la capacité des générations futures à supporter un nombre croissant de retraités.

PLUS:pc