NOUVELLES

Un ministre espagnol reconnaît que son pays a un problème avec le dopage

14/02/2012 11:18 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT

MADRID - Le ministre des sports espagnol a reconnu que son pays a un problème avec le dopage qui demande à être réglé. Le bilan de l'Espagne en matière de lutte contre le dopage est scruté avec attention à la suite de la suspension du cycliste Alberto Contador.

Jose Ignacio Wert, le ministre de l'éducation, de la culture et du sport, a déclaré que l'Espagne avait besoin d'améliorer son bilan «pour gagner en crédibilité» aux yeux des organismes internationaux.

«Nous avons un problème avec le dopage et c'est pourquoi nous avons la ferme intention de faire en sorte que la loi antidopage de l'Espagne soit conforme au code antidopage de l'AMA», a précisé Wert au Forum de la Sociedad Nueva.

Il a ajouté que des mesures plus sévères en matière de dopage sont nécessaires pour fournir «une aide institutionnelle» à la candidature de Madrid pour accueillir les Jeux olympiques de 2020, et une offre planifiée de Barcelone pour les Jeux d'hiver de 2022.

Contador a été suspendu ce mois-ci pour un test de dopage positif survenu au Tour de France 2010 et il a été dépouillé de son titre. Le cycliste espagnol, qui a également remporté le Tour en 2007 et 2009, a écopé d'une suspension rétroactive de deux ans qui le privera d'une participation à la classique française cette année, au Giro d'Italie et aux Jeux olympiques de Londres.

Contador fait partie de la génération dorée de l'Espagne qui comprend des athlètes tels que Rafael Nadal, le pilote de Formule 1 Fernando Alonso, le basketteur vedette de la NBA Pau Gasol et l'équipe nationale de soccer, championne du monde et d'Europe.

Mais des athlètes comme Nadal et Contador ont été la cible de plaisanteries sur le dopage de la part d'une émission de télévision satirique en France, qui a attiré beaucoup d'attention et soulevé l'ire des athlètes espagnols et de la population en général.

«La meilleure réponse est de les ignorer», a déclaré le premier ministre espagnol Mariano Rajoy alors qu'il honorait Nadal, David Ferrer et le reste de l'équipe espagnole championne de la Coupe Davis.

Les sketchs satiriques des Guignols de l'Info ont fait suite à l'opinion émise par Yannick Noah, l'ex-champion des Internationaux de France, au quotidien Le Monde en novembre et selon laquelle le sport espagnol est aux prises avec le dopage. Avant que l'AMA et l'Union cycliste internationale ne s'adresse au Tribunal Arbitral du Sport, la fédération espagnole de cyclisme avait blanchi Contador de dopage, excusant son test positif par la consommation de viande contaminée.

«Je suis plus motivé que jamais à laver la réputation de l'Espagne, a clamé Nadal, sextuple vainqueur des Internationaux de France lors d'une entrevue télévisée. Le sport espagnol se caractérise par le sacrifice, l'humilité et le désir de surmonter l'adversité.

«Vous ne pouvez accuser quiconque de quelque chose dont vous n'avez pas la preuve, même si c'est par le biais de l'humour. La France est obsédée.»

Les fédérations espagnoles de cyclisme et de tennis poursuivent Canal Plus pour l'utilisation de leurs logos sans autorisation dans les sketchs.

Madrid a par ailleurs déposé sa candidature, mardi, pour l'organisation des Jeux de 2020 auprès du Comité international olympique à Lausanne, en Suisse.

PLUS:pc