NOUVELLES

Israël accuse l'Iran d'être derrière les attentats survenus à Bangkok

14/02/2012 10:08 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT

JÉRUSALEM - Le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, a accusé mardi l'Iran d'être à l'origine des explosions survenues dans la journée à Bangkok, où un Iranien qui transportait des explosifs a perdu ses jambes et blessé quatre autres personnes.

Les autorités israéliennes tentaient de déterminer si des Israéliens auraient pu être visés par ces incidents en Thaïlande, qui surviennent au lendemain de tentatives d'attentats à l'explosif en Inde et en Géorgie qui avaient apparemment pour cible des diplomates israéliens. L'État hébreu avait aussitôt accusé l'Iran, qui avait rejeté ces allégations.

En visite officielle à Singapour, M. Barak a estimé mardi que les événements de Bangkok prouvaient une fois de plus que l'Iran et ses affidés continuaient à perpétrer des actes terroristes. Il a ajouté que Téhéran et son allié chiite libanais, le mouvement du Hezbollah, constituaient d'inlassables éléments terroristes qui mettaient en danger la stabilité de la région et du monde.

Dans un communiqué, le ministère israélien de la Défense a précisé que le ministre se trouvait à Bangkok, la capitale thaïlandaise, dimanche dernier.

Selon les autorités locales, un homme de nationalité iranienne a perdu ses propres jambes et blessé quatre autres personnes après une première explosion qui s'est produite dans la maison qu'il louait.

Un stock d'explosifs a d'abord sauté par accident dans la résidence de Bangkok occupée par trois Iraniens. Deux d'entre eux ont rapidement quitté la demeure et le troisième, identifié comme étant Saeid Moradi, grièvement blessé, est parti peu après, d'après le général Pansiri Prapawat de la police de Bangkok.

«Il a tenté de héler un taxi, mais il était couvert de sang et le chauffeur a refusé de le prendre», a expliqué le général. «Il a alors jeté un explosif qui a endommagé le taxi et s'est mis à courir.»

Appelée sur les lieux après la première détonation, les forces de l'ordre ont alors tenté d'arrêter le suspect. Celui-ci leur a jeté une grenade, qui a rebondi et explosé sur ses jambes.

La police a ensuite annoncé l'interpellation d'un second Iranien à l'aéroport international de Bangkok où il essayait d'embarquer dans un vol à destination de la Malaisie. Le troisième suspect était encore en fuite.

La veille, une voiture diplomatique israélienne avait été la cible d'une attaque à l'explosif à New Delhi, faisant quatre blessés. En Géorgie, une bombe avait été découverte sous un véhicule de l'ambassade d'Israël à Tbilissi avant qu'elle n'explose.

À la suite de ces deux attentats, l'état d'alerte a été décrété mardi en Israël. Selon le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld, la sécurité a été renforcée dans les lieux publics, autour des ambassades étrangères et des bureaux ainsi qu'à l'aéroport international Ben-Gourion. Le nombre de patrouilles a été augmenté et les agents ont reçu des consignes de vigilance particulière.

Le Hezbollah commémorait cette semaine la mort du commandant Imad Moughniyeh, chef de ses opérations militaires, tué en février 2008 dans la mystérieuse explosion d'une voiture piégée à Damas, que le mouvement chiite libanais avait imputé à Israël.

L'Iran, de son côté, a accusé les Israéliens d'être derrière une série d'assassinats de scientifiques et d'autres opérations de sabotage visant son programme nucléaire, qui serait selon Téhéran uniquement destiné à des fins civiles, comme la production d'électricité, même si les Occidentaux soupçonnent le régime des mollahs de chercher à se doter de l'arme atomique.

Les derniers événements interviennent dans un contexte de tensions accrues entre l'Iran et Israël. Des déclarations des responsables israéliens ont fait craindre ces dernières semaines que l'État hébreu prépare une frappe militaire imminente contre le programme nucléaire iranien.

PLUS:pc