POLITIQUE

Danielle Doyer juge que Pascal Bérubé lui manque de respect en la poussant vers la sortie

14/02/2012 11:23 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT
CP

QUÉBEC - La députée de Matapédia Danielle Doyer, qui doit annoncer cette semaine si elle se présentera aux prochaines élections, a jugé mardi que son collègue Pascal Bérubé manque de respect en la poussant vers la sortie.

Selon Mme Doyer, M. Bérubé a donné l'impression d'anticiper son départ en publicisant abondamment sa décision d'embaucher un organisateur électoral chevronné dans la région du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

«En tout respect, il devrait se contenir un peu, a-t-elle dit dans une entrevue à La Presse Canadienne. Je trouve que ça commence à être déplacé. Ça fait: 'J'ai le pied sur la pédale à gaz et je trépigne comme un cheval fougueux'.»

La députée, qui représente Matapédia depuis 1994, a mis en garde M. Bérubé, relativement à la décision qu'elle annoncera, vendredi, sur son avenir politique.

«Ça me tombe sur les nerfs, a-t-elle dit. J'ai besoin de respect et je n'en retrouve pas là. Et quand j'en retrouve pas, ça m'énerve et quand je suis énervée je peux prendre des décisions, peut-être, que les gens n'aimeront pas.»

Ainsi, Mme Doyer a conseillé à son collègue de faire preuve de plus de discrétion en attendant la suite des choses.

«Ça m'appartient cette décision, a-t-elle dit. Il a dit tout le mois de janvier qu'il respecterait la décision que je vais prendre et qu'il attend ma décision. Mais là, c'est comme s'il anticipait ma décision. Parce qu'il se lance à dire dans les médias: 'j'engage un organisateur'.»

En raison d'une refonte de la carte électorale, M. Bérubé perdra sa circonscription de Matane, à la prochaine élection.

Le député, élu pour la première fois en 2007, a déclaré qu'il quittera la politique si Mme Doyer choisit de rester et de briguer les suffrages dans la nouvelle circonscription fusionnée de Matane-Matapédia.

Mme Doyer a signifié qu'elle ne craint aucunement un affaiblissement de sa machine électorale, malgré le recrutement récent de l'organisateur Romain Gagné comme conseiller politique au bureau de M. Bérubé.

Selon la députée, M. Bérubé n'a «la mainmise sur rien» puisqu'elle dispose de sa propre organisation dans Matapédia.

Mme Doyer a rappelé qu'elle avait elle-même été organisatrice régionale, lors des référendums de 1992, sur l'entente de Charlottetown, et de 1995, sur la souveraineté du Québec.