NOUVELLES

Côte-St-Luc interdit de fumer près des terrains de jeux et certains parcs

14/02/2012 11:40 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT

CÔTE-SAINT-LUC, Qc - Il est désormais interdit de fumer près des terrains de jeux, des plateaux sportifs extérieurs et lors de grands événements dans les parcs municipaux de Côte-Saint-Luc, sur l'île de Montréal.

Le conseil municipal de Côte-Saint-Luc a en effet adopté à l'unanimité lundi soir un règlement qui interdit l'usage du tabac à moins de 20 mètres des terrains de jeux et des plateaux sportifs extérieurs, incluant la piscine extérieure.

De plus, l'interdiction sera également en vigueur lors d'événements spéciaux dans les parcs comme le carnaval d'hiver ou la fête du Canada.

Les contrevenants s'exposent à une amende de 50 $, amende qui atteindra 100 $ en cas de récidive.

«Pour nous, c'est une question de sécurité et de santé de nos enfants et de tous nos citoyens», a indiqué le conseiller Steven Erdelyi, qui est à l'origine de ce règlement.

M. Erdelyi a dit avoir été inspiré par sa propre expérience.

«Quand je suis allé au parc avec mes enfants, ils jouaient dans le terrain de jeu et il y avait d'autres parents, d'autres individus qui fumaient. Je me demandais pourquoi on ne pouvait pas changer la loi. Il n'y avait aucune raison», a-t-il expliqué.

Selon le directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé, Mario Bujold, il ne fait aucun doute que la mesure est justifiée.

«Il y a des études claires et récentes qui ont démontré que, à une distance d'un mètre d'un fumeur, même si on est à l'extérieur, les risques pour la santé sont aussi importants que si on se trouvait à l'intérieur parce que la proximité avec la fumée secondaire a des effets sur la santé des gens qui y sont exposés», a indiqué M. Bujold.

Il fait valoir que le gouvernement du Québec aurait avantage à étendre ce genre de mesure sur tout le territoire plutôt que d'y aller à la pièce.

«Ça faciliterait beaucoup l'implantation de cette mesure pour l'ensemble de la société parce qu'actuellement ce ne sont vraiment que les municipalités les plus convaincues qui vont de l'avant avec ce genre de règlement. Du point de vue de la santé publique, ce serait préférable que ce soit inclus dans la loi provinciale sur le tabac», a-t-il dit.

Au Québec, la municipalité de l'Ancienne-Lorette a aussi adopté un règlement semblable. Ailleurs au Canada, des initiatives similaires ont été implantées notamment à Vancouver ou encore sur l'ensemble de l'Île-du-Prince-Édouard.

PLUS:pc