POLITIQUE

Un conservateur trouve normal de fêter la fin du registre des fusils de chasse

14/02/2012 05:37 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT
CP

OTTAWA - Un député conservateur trouve approprié de fêter la fin du registre des fusils de chasse, assimilant une telle célébration à celle qui serait faite pour une partie de hockey.

Le député Larry Miller a fait cette déclaration mardi, à la veille du vote final aux Communes sur le projet de loi C-19 visant à mettre au rancart la portion du registre sur les armes d'épaule.

M. Miller, un député ontarien, a fait parler de lui récemment pour avoir fait des liens entre le registre et Adolf Hitler, des déclarations aux Communes qui ont fait des vagues la semaine dernière et qui l'ont forcé à présenter ses excuses.

Des rumeurs circulent depuis la semaine dernière au sujet d'une présumée fête à Ottawa, prévue pour mercredi, pour souligner le démantèlement du registre.

M. Miller a souligné mardi qu'il connaît des groupes qui ont célébré lors du vote sur le mariage entre conjoints de même sexe.

Selon lui, il s'agit de la même chose.

«Quelle différence y-a-t-il?», a demandé M. Miller lorsque questionné à ce sujet à sa sortie des Communes.

«C'est comme sortir et célébrer une partie de hockey», a-t-il poursuivi.

Il a souligné que les citoyens de sa circonscription se battent contre le registre depuis 17 ans.

«Et vous croyez qu'il n'y aura pas beaucoup de gens dans mon comté qui vont le célébrer? Vous pouvez compter là-dessus.»

Également pour souligner la fin du registre, le Parti conservateur a mis en ligne un compte à rebours marquant le temps qui reste avant le vote ultime aux Communes sur C-19, qui devrait avoir lieu mercredi.

L'opposition a dénoncé mardi le décompte, qui égrène les minutes restantes en temps réel.

«C'est très insultant pour les victimes, que ce soit la Polytechnique mais les autres victimes également. On a poussé très fort pour que le registre soit conservé. C'est toujours notre souhait, mais c'est terrible de faire ça», a déploré la chef intérimaire de l'opposition officielle néo-démocrate, Nycole Turmel.

La bloquiste Maria Mourani, porte-parole de son parti en matière de sécurité publique, trouve l'idée du décompte inacceptable.

«C'est une insulte envers les personnes qui se sont battues pour ce registre», a-t-elle déclaré.

«Je veux bien comprendre que ce gouvernement se pète les bretelles parce qu'il a gagné son point. D'accord. Mais s'il-vous-plaît, un peu de respect pour les victimes d'arme à feu et pour les groupes qui se sont battus», a-t-elle lancé.