NOUVELLES

Bahreïn: Les chiites soulignent le 1er anniversaire de leur soulèvement

14/02/2012 06:48 EST | Actualisé 15/04/2012 05:12 EDT

MANAMA, Bahreïn - Le royaume de Bahreïn a été le théâtre, mardi, d'un déploiement sans précédent des forces de sécurité alors que la majorité chiite soulignait le premier anniversaire de son soulèvement contre la monarchie sunnite du petit État insulaire du golfe Persique.

Les autorités ont envoyé des troupes et des véhicules blindés en renfort dans les villages chiites les plus importants situés autour de la capitale, Manama, afin d'empêcher les gens de se réunir et de répondre à l'appel du principal parti d'opposition chiite, Al-Wefaq.

Six Américains appartenant à un groupe d'activistes ont été arrêtés durant les protestations, ont rapporté les militants et le gouvernement. Les autorités ont précisé qu'ils avaient enfreint les conditions de leur visa de tourisme et qu'ils avaient accepté de quitter le pays sans que des démarches légales ne soient amorcées contre eux.

L'État a toutefois menacé de traîner devant les tribunaux les organisateurs des manifestations de lundi qui ont donné lieu à des actes de violence. Cela pourrait annoncer une nouvelle ère de persécution pour l'Al-Wefaq, qui était toléré par le gouvernement jusqu'à ce qu'il prenne la direction du mouvement de contestation l'an dernier.

Au moins 40 personnes ont été tuées depuis le début de la révolte à Bahreïn. Le pays, qui accueille la 5e flotte de la marine américaine, a été la nation du golfe Persique le plus durement touchée par la vague de soulèvements populaires du printemps arabe. Les chiites, qui forment environ 70 pour cent des 525 000 habitants du royaume, estiment faire l'objet de discrimination et être tenus à l'écart du pouvoir par la minorité sunnite.

La dynastie qui règne sur Bahreïn a promis de lancer des réformes pour mettre fin aux protestations, mais a refusé d'effectuer les changements importants exigés par les manifestants et l'Al-Wefaq. L'opposition demande notamment que la monarchie renonce à son droit de choisir le gouvernement, d'établir les principales politiques de l'État et de nommer la plupart des membres du Parlement.

PLUS:pc