POLITIQUE

L'Agence métropolitaine de transport serait remplacée

14/02/2012 04:44 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT
PA

MONTRÉAL - L'avenir de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) semble compromis selon ce que laisse entendre le ministre des Transports, Pierre Moreau.

Mardi, «Le Devoir» et «La Presse» rapportent que le ministre remplacerait l'AMT dans sa forme actuelle par une organisation dont le mandat de planification et de coordination ne serait plus limité au seul transport collectif car il engloberait le réseau routier. De plus, l'organisme chapeauterait l'ensemble de la grande région de Montréal, à l'instar de Translink, une entité déjà en place dans la région de Vancouver.

Devant les élus de la région métropolitaine et les gens de l'industrie, lundi, Pierre Moreau a réitéré la nécessité de revoir dès que possible la gouvernance du transport. D'ici quelques semaines, il rendra publique la nouvelle politique de mobilité qui fera l'objet d'une vaste consultation.

Déjà, il avertit que la nouvelle politique devra rompre avec les chasses gardées et les intérêts locaux afin de privilégier la simplification des déplacements.

D'autre part, l'épineuse question du financement fera l'objet d'un débat et toutes les pistes de réflexion seront analysées.

Il y a un mois, le gouvernement du Québec a clairement exposé son insatisfaction de la façon dont l'AMT a géré le projet de train de banlieue entre Montréal et Mascouche, dont les coûts ont plus que doublé depuis son annonce. Québec a alors annoncé que l'AMT ferait l'objet d'un examen en profondeur et peu après, le président de l'Agence, Joël Gauthier, a quitté son poste. (Le Devoir, La Presse)

-