NOUVELLES

Une équipe de juristes américains se rendront en Haïti cette semaine

13/02/2012 11:05 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Une équipe de spécialistes du droit du département d'État américain visiteront Haïti cette semaine.

Garry Conille, porte-parole du gouvernement haïtien, a indiqué que cette délégation tentera d'aider Haïti à renforcer son appareil judiciaire. Elle s'attardera également au dossier de l'ancien président Jean-Claude Duvalier.

En entrevue avec l'Associated Press, M. Conille a indiqué que la délégation devait arriver à Haïti à la suite d'une rencontre récente à Washington D.C. avec la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton.

«Nous leur avons demandé de l'aide pour déterminer de quelle façon nous pouvions nous assurer de renforcer notre appareil judiciaire, a déclaré M. Conille. Nous devons assurer les gens que lorsqu'un juge rend un verdict, il le fait de façon impartiale et qu'il a tranché en toute indépendance.»

Il n'a pas donné de détails sur la composition de la délégation, mais a précisé que l'un de ses objectifs serait de se pencher sur l'affaire très importante de l'ancien homme fort du pays Jean-Claude Duvalier.

Le mois dernier, un juge a statué que l'ancien despote, surnommé «Bébé Doc», devrait faire face à la justice pour des crimes économiques plutôt que pour les violations des droits humains qui ont marqué son règne de 15 ans.

Cette décision a suscité plusieurs réactions des groupes de défense des droits de la personne, qui ont affirmé que le gouvernement en place avait fait usage d'influence.

L'administration du président Michel Martelly a de son côté indiqué qu'elle n'avait jamais tenté de s'immiscer dans le dossier.

Le ministère de la Justice a fait appel de la décision du juge, a annoncé la semaine dernière le bureau présidentiel.

Le procureur et la défense, cette dernière soutenant que l'ancien président est innocent de toutes les accusations, entendent également faire appel.

Rejoint lundi matin par téléphone, le porte-parole de l'ambassade américaine en Haïti, Jon Piechowski, n'a pas donné plus de détails sur la délégation.

M. Conille a aussi indiqué qu'il avait rencontré des responsables américains à Washington, la semaine dernière, pour discuter des propositions du gouvernement haïtien de reformer une armée nationale, qui a été dissoute en 1995 en raison d'un passé d'abus.

Les responsables haïtiens espèrent que l'armée «moderne» qu'ils ont en tête assumera certaines responsabilités en matière de sécurité qui dépendent actuellement d'une mission de l'ONU se trouvant en Haïti depuis 2004, lorsque le président de l'époque, Jean-Bertrand Aristide, a été renversé.

Le Conseil de sécurité de l'ONU devait arriver à Haïti lundi pour une visite de quatre jours qui servira à évaluer le travail effectué par sa force de maintien de la paix.

PLUS:pc