NOUVELLES

Sécurité: Rebsamen (PS) mène la bataille des chiffres

13/02/2012 11:12 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

PARIS - La gendarmerie nationale sort "sinistrée" de la "gestion à la toute petite semaine" de la droite, a accusé lundi après-midi François Rebsamen, chargé du pôle sécurité dans l'équipe de campagne de François Hollande, en démontant point par point le bilan de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur puis à l'Elysée.

Le sénateur-maire (PS) de Dijon a dénoncé une "politique de sécurité absurde", un "rationnement budgétaire" et une "navigation à vue". Le résultat: un bilan à ses yeux "désastreux".

Depuis 2002, et l'arrivée de Nicolas Sarkozy place Beauvau, les atteintes aux personnes ont augmenté de 21%, les violences non crapuleuses de 50%, les menaces et chantages de 31%, a calculé M. Rebsamen. Selon lui, depuis 2007, et l'avènement de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, les violences physiques crapuleuses ont grimpé de 13%. Les vols avec violence ont connu une progression identique depuis 2008. Enfin, depuis 2011, les zones périurbaines et rurales (qui sont sous la responsabilité de la gendarmerie) ont vu les cambriolages augmenter de 17%.

"La gendarmerie est aujourd'hui maltraitée par le président de la République", a déploré François Rebsamen lors d'une conférence de presse au siège de campagne parisien du candidat socialiste à la présidentielle, en réponse à l'inauguration dans la matinée des nouveaux locaux de la Direction générale de la gendarmerie nationale par Nicolas Sarkozy à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

D'après M. Rebsamen, les effectifs de la gendarmerie sont passés de 101.000 à 95.000 en cinq ans, perdant 6.000 postes. En outre, les crédits d'investissement dans le matériel sont passés de 570 millions d'euros en 2007 à 249 millions d'euros en 2012. Pour les seules munitions, le budget a été divisé par dix (de 50 à cinq millions d'euros).

Nicolas Sarkozy s'est félicité lundi matin que le taux d'élucidation soit passé de 26% en 2002 à 40% en 2011. Or, pour François Rebsamen, ce taux n'a été que "fictivement" augmenté. Si l'on enlève les 140.000 procédures par an liées à la consommation personnelle de cannabis, le taux d'élucidation accuse en réalité une baisse, a souligné le responsable des questions de sécurité dans l'équipe de campagne de François Hollande.

Estimant qu'il y avait des sureffectifs dans la sécurité routière, le sénateur-maire de Dijon a prôné un redéploiement. François Hollande, s'il est élu à l'Elysée, mettra en outre fin à la règle actuelle du non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux, a assuré M. Rebsamen, en promettant de "sanctuariser les effectifs gendarmerie à leur niveau actuel".

François Rebsamen a en outre plaidé pour des "mesures d'urgence" pour la gendarmerie nationale, et notamment des investissements dans le matériel et dans les casernes - pour améliorer les conditions de vie des militaires et de leurs familles. AP

cb/cov/mw

PLUS:pc