NOUVELLES

Réveil douloureux à Athènes après une nuit d'émeutes

13/02/2012 04:07 EST | Actualisé 13/04/2012 05:12 EDT

Les pompiers éteignaient lundi matin les dernières fumées s'échappant de plusieurs bâtiments et les équipes de nettoyage dégageaient les débris laissés dans le centre d'Athènes, théâtre d'émeutes après l'adoption dimanche soir par le parlement grec d'un nouveau plan d'austérité.

Au moins 120 personnes ont été blessées dans les violences qui ont éclaté à Athènes et dans d'autres villes grecques, lors des manifestations de protestation contre ce nouveau plan, réclamé par les bailleurs du pays en échange d'une nouvelle aide internationale de 130 milliards d'euros.

Les autorités ont précisé que 68 policiers avaient été soignés pour des blessures provoquées par des engins incendiaires, des jets de pierre et d'objets, alors que 70 manifestants ont été hospitalisés.

Au moins 67 personnes ont été interpellées. Plus de 100.000 personnes ont manifesté dimanche devant le parlement grec

A Athènes, au moins 45 bâtiments ont été incendiés, notamment un des plus anciens cinémas de la capitale grecque, et des dizaines de magasins et cafés vandalisés et pillés. L'odeur de gaz lacrymogènes flottait encore dans l'air lundi matin.

Dimanche soir, les députés ont adopté à 199 voix contre 74 ces nouvelles mesures d'austérité, malgré les fortes dissensions au sein des deux principaux partis de la coalition. Les socialistes et les conservateurs ont tenté de rétablir la discipline dans leurs rangs et ont exclu respectivement 22 et 21 députés, réduisant leur majorité de 236 à 193 sièges au parlement, qui en compte 300. AP

ljg/v

PLUS:pc