NOUVELLES

L'opposition à Hugo Chavez a désormais un candidat pour la présidentielle

13/02/2012 06:16 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

CARACAS, Venezuela - Un candidat à l'élection présidentielle du Venezuela — et adversaire du président sortant Hugo Chavez —,Henrique Capriles, a dit souhaiter des «élections équilibrées» et a critiqué l'utilisation de fonds gouvernementaux et la couverture biaisée dans les médias, lundi.

M. Chavez devrait utiliser les pouvoirs gouvernementaux et une pléthore de deniers publics pour se faire réélire lors du scrutin du 7 octobre. M. Capriles s'est également plaint du fait que la télévision d'État et d'autres médias étaient biaisés contre lui.

Le candidat de 39 ans, qui est le gouverneur de l'État de Miranda, a également fortement critiqué les politiques économiques de M. Chavez. Il a décrié les expropriations gouvernementales de centaines d'entreprises, d'immeubles d'appartements et de fermes au cours de la dernière décennie, soutenant que les saisies avaient été un échec.

Selon lui, toutes les entreprises ayant été expropriées par l'État doivent faire l'objet d'un nouvel examen.

S'il est élu, M. Capriles fait le voeu d'examiner également des dizaines d'accords économiques signés avec des pays étrangers. Certains seraient complètement désavantageux pour le Venezuela, affirme-t-il.

Selon lui, les nouvelles mesures de contrôle des prix ne fonctionneront pas et plusieurs articles touchés, comme le déodorant, deviendront une rareté.

Le vice-président Elias Jaua a déclaré lundi que la reconnaissance de l'autorité du Conseil électoral national par l'opposition était une bonne chose. Cette instance était responsable de l'organisation des toutes premières primaires présidentielles pour l'opposition, largement remportées par M. Capriles.

Environ 16 pour cent des électeurs inscrits ont voté lors de cette primaire, dépassant l'objectif de 10 à 12 pour cent de l'opposition.

Selon Adam Isacson, un expert de l'Amérique latine au Washington Office on Latin America, le taux élevé de participation des électeurs de l'opposition, combiné à l'attrait de M. Capriles auprès de la classe populaire, font en sorte que l'opposition à M. Chavez a les reins solides.

PLUS:pc