NOUVELLES

Les partisans des Pens attrapent la fièvre; la «Malkinmania» frappe Pittsburgh

13/02/2012 06:58 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

PITTSBURGH, États-Unis - Il n'y a que les Penguins de Pittsburgh pour résoudre un casse-tête apparemment insoluble: Comment fait-on pour remplacer le meilleur joueur de hockey au monde?

Sidney Crosby étant de nouveau à l'écart du jeu pour une période indéterminée, les Penguins auraient pu opter pour une transaction complexe, effectuer un changement drastique dans leur façon de jouer ou simplement accepter cette perte et attendre jusqu'à l'an prochain.

Ils ont plutôt opté pour une solution plus simple: Donner le plus souvent possible la rondelle à un Evgeni Malkin en santé, s'enlever de son chemin et lui permettre de produire à un rythme semblable à celui de Crosby, tandis qu'ils attendent toujours de connaître la date du retour à la compétition de leur capitaine.

Ils ont remplacé le meilleur joueur de hockey il y a un an par le meilleur joueur de hockey présentement.

«Il est monstrueux», a déclaré l'entraîneur-chef du Lightning de Tampa Bay Guy Boucher après que Malkin eut obtenu son cinquième but à ses deux derniers matchs. «C'est carrément un monstre qui peut patiner, qui voit tout. Il peut faire apparaître et disparaître la rondelle, te sortir de tes culottes. Il a tous les atouts.»

À Pittsburgh, une ville assez chanceuse pour compter sur sa part de joueurs étoiles depuis près de 30 ans (Mario Lemieux, Ron Francis, Mark Recchi, Jaromir Jagr, Crosby et Malkin), ils appellent cela la «Malkinmania». C'est l'aboutissement d'un joueur étoile qui s'est tranformé en superstar plus aguéri, en dépit du fait qu'il n'ait que 25 ans.

«Certes, je me sens bien», a dit Malkin.

Ce Malkin marque à un rythme endiablé — 17 buts à ses 17 derniers matchs — et ce n'est pas véritablement une surprise. Le prodige russe était non seulement déjà assez bon pour être le présumé faire-valoir de Crosby en 2009 et mettre la main sur le trophée Art Ross, mais il a aussi décroché le trophée Conn Smythe pour les champions de la Coupe Stanley.

Si Crosby était le joueur no 1 de la LNH, Malkin était assurément le no 1-A.

Mais Malkin n'a pas été aussi visible au cours des deux dernières campagnes; il a inscrit un mince total de 15 buts en 43 matchs avant de subir une importante blessure à un genou qui a mis un terme à sa campagne 2010-11 tôt au mois de février.

Forcé de travailler encore plus fort durant la saison morte simplement pour être en mesure de revenir au jeu, Malkin est devenu un joueur plus déterminé, plus impliqué dans son jeu. À l'instar des commentaires de plusieurs de ses coéquipiers, il a reconnu qu'être assez bon n'était plus suffisamment bon pour lui.

«Je crois que d'être demeuré à l'écart du jeu pendant près d'une demi-saison, ça lui a fait réaliser qu'il aimait jouer au hockey, a commenté l'attaquant Chris Kunitz. Il est arrivé en forme cette saison, prêt à aider l'équipe. On pouvait voir dans ses yeux qu'il débordait de confiance.»

Après avoir obtenu trois buts et quatre mentions d'aide en deux matchs ce week-end contre les Jets de Winnipeg et le Lightning, Malkin mène la LNH avec 69 points (32 buts, 37 aides) en 49 matchs, en plus d'afficher un différentiel de plus-11. Il pourrait terminer la campagne avec un sommet personnel de 49 buts.

Et depuis le 5 décembre, soit depuis que Crosby est à l'écart du jeu pour la deuxième fois cette saison en raison de symptômes relatifs à sa commotion cérébrale, Malkin a connu trois soirées de cinq points, a généré des buts dans 13 de ses 17 derniers matchs, et a inscrit au moins un but dans huit matchs consécutifs à domicile.

PLUS:pc