NOUVELLES

La démocratie sera lente à venir en Libye, prévoit un général canadien

13/02/2012 08:16 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le commandant canadien de la mission militaire dirigée par l'OTAN en Libye affirme que l'Ouest devrait diminuer ses attentes à propos d'une démocratie complète dans ce pays.

Des cas de torture et d'abus envers les prisonniers sont toujours soulevés, et ce, malgré mort du dictateur libyen Mouammar Kadhafi.

Le lieutenant-général Charles Bouchard a déclaré lundi au comité sénatorial sur la sécurité et la défense qu'il envisage avec optimisme le moment où le nouveau gouvernement national de transition mettra éventuellement fin à ce genre d'atrocités.

«Nos normes occidentales doivent être tempérées par les conventions culturelles et sociales», a déclaré le lieutenant-général Bouchard, ajoutant qu'il était au courant de rapports de torture en Libye.

Selon lui, le pays semble se diriger vers ce qu'il a appelé «une démocratie à la libanaise».

«Je ne souhaite pas réduire la gravité de la situation, puisque celle-ci est difficile, a dit M. Bouchard. Il y a encore du travail qui doit être fait.»

Deux groupes de défense des droits de la personne, Amnistie internationale et Médecins sans frontières (MSF), ont sonné l'alarme concernant les mauvais traitements généralisés contre les fidèles de Kadhafi.

MSF a annoncé son retrait de la ville de Misrata puisque certains détenus ont été emmenés se faire soigner dans le seul but de les remettre sur pied avant d'autres interrogatoires.

Le mois dernier, le gouvernement conservateur a haussé le ton concernant les allégations de torture, ce qui représente un changement important par rapport au ton positif qu'il a adopté à propos du leadership temporaire libyen.

«Nous sommes très inquiets à propos de ces allégations. Nous ferons part de ces inquiétudes au gouvernement intérimaire libyen à travers les canaux officiels à Ottawa et Tripoli», avait alors déclaré Joseph Lavoie, un porte-parole du ministre des Affaires étrangères, John Baird.

Selon le lieutenant-général Bouchard, les vastes réserves pétrolières de la Libye pourraient aider le nouveau gouvernement à créer des emplois, ce qui aiderait à y faire croître la démocratie.

PLUS:pc