NOUVELLES

Amiante: le Canada serait à l'abri des poursuites en Italie

13/02/2012 05:21 EST | Actualisé 14/04/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'industrie canadienne de l'amiante ne s'inquiète pas du fait que deux hommes ont été reconnus coupables en Italie, lundi, relativement au décès liés à l'amiante de plus de 2000 personnes dans ce pays.

Les entrepreneurs en construction Jean-Louis de Cartier, de Belgique, et Stephan Schmidheiny, de Suisse, ont été condamnés à des peines de 16 ans de prison pour négligence à la suite d'un procès qualifié d'historique par des responsables.

Un porte-parole de l'industrie de l'amiante au Canada dit ne pas croire que de telles accusations pourraient jamais être déposées ici contre des joueurs du secteur. Pour Guy Versailles, si de telles poursuites étaient possibles, des accusations semblables auraient déjà été portées contre des membres de cette industrie étroitement surveillée.

Le juriste Ed Ratushny estime pourtant que de telles accusations criminelles pourraient être déposées au Canada, même s'il pourrait être difficile d'obtenir une condamnation.

Le Canada fait face à un mouvement d'opposition croissant de la part de détracteurs au pays et ailleurs à propos de sa production et de son exportation du matériau cancérigène. Les piliers de l'industrie soutiennent toutefois que l'amiante peut être utilisé de façon sécuritaire.

Les procureurs italiens ont plaidé que MM. De Cartier et Schmidheiny avaient été incapables d'empêcher que des fibres d'amiante de leurs usines dans le nord du pays ne soient disséminées dans la région.

PLUS:pc