NOUVELLES

Selon Leduc, sa vie privée a été bafouée parce qu'il soutient les vétérans

12/02/2012 12:32 EST | Actualisé 13/04/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le droit à la vie privée d'un membre éminent du Tribunal des anciens combattants (révision et appel) a été bafoué à deux reprises au cours d'une soi-disante campagne menée contre lui pour tenter de le discréditer

La Presse Canadienne a obtenu copie de plusieurs documents et courriels, totalisant des centaines de pages, démontrant que le conflit impliquant Harold Leduc a été si brutal que la Commission canadienne des droits de la personne a ordonné au Tribunal de lui verser 4000 $

Il s'agit de la plus récente, et peut-être de la plus importante, violation de la vie privée d'un citoyen.

En 2009 et en 2011, le gouvernement a reconnu que le droit à la vie privée de M. Leduc avait été bafoué. Dans un cas, plus de 40 fonctionnaires du ministère des Anciens combattants ont eu accès à des renseignements médicaux concernant le défenseur des droits des vétérans.

M. Leduc soutient que, souffrant du syndrome de stress post-traumatique, il a été la cible de rumeurs, de sous-entendus et d'intimidation parce qu'il a souvent pris position en faveur de vétérans dans ces décisions.

Le président du Tribunal, John Larlee, a refusé de donner une entevue, mais une porte-parole de l'organisme a soulginé que la protection de la vie privée était la principale préoccupation du Tribunal.

PLUS:pc