POLITIQUE

Intimidation: Québec bonifie sa stratégie en milieu scolaire

12/02/2012 10:57 EST | Actualisé 13/04/2012 05:12 EDT
AFP/Getty Images

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, a annoncé dans une conférence de presse, dimanche, à Montréal, que Québec reconduisait et bonifiait sa stratégie contre l'intimidation en milieu scolaire, mise sur pied en 2008.

Accompagné entre autres de la vice-première ministre et ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Line Beauchamp, Jean Charest a indiqué que son gouvernement voulait envoyer un message clair, comme le lui demandaient les Québécois: l'intimidation n'a pas sa place dans notre société et surtout pas dans les écoles.

Line Beauchamp a précisé qu'elle comptait déposer un projet de loi contre l'indimitaton et la violence dans les écoles, à l'Assemblée nationale.

« Nous avons des obligations d'agir, d'apporter assistance aux jeunes. Nous allons aussi interpeler les parents. » -- Line Beauchamp

Elle invite chacun à signer une Déclaration contre l'intimidation et la violence.

Les ministres de la Sécurité publique, Robert Dutil, de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, étaient aussi sur place.

Il s'agit d'une deuxième conférence dominicale en deux semaines. Dimanche dernier, le premier ministre et son ministre de l'Environnement Pierre Arcand avaient invité les journalistes, à la dernière minute, à un autre point de presse, portant sur le Plan Nord et les territoires protégés.

Le premier ministre du Québec, Jean Charest, avait alors dévoilé les six grandes orientations pour la préservation de l'environnement et de la biodiversité de 20 % du territoire couvert par le Plan Nord à l'horizon 2020.

L'opposition croit que ces soudaines interventions publiques sont peut-être le prélude au déclenchement d'une campagne électorale. La chef péquiste Pauline Marois a dit s'y attendre, samedi.

Le premier ministre a pourtant écarté cette semaine l'idée de tenir des élections ce printemps au Québec. C'est du moins ce qu'il a annoncé jeudi lors d'un point de presse à Victoriaville, où se réunissait le caucus de son parti en prévision de la rentrée parlementaire de la semaine prochaine.