NOUVELLES

La classe moyenne mérite un répit dans le budget, selon l'Alliance sociale

12/02/2012 02:29 EST | Actualisé 13/04/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Un regroupement de syndicats et de fédérations étudiantes demandent au ministre des Finances, Raymond Bachand, de penser à la classe moyenne en rédigeant son prochain budget.

L'Alliance sociale a présenté, dimanche à Montréal, ses demandes en prévision du budget 2012-2013, qui doit être déposé par le ministre Bachand dans quelques semaines.

La hausse de frais de scolarité ainsi que l'imposition d'une taxe santé sont deux mesures contestées par les organismes membres de l'Alliance.

Selon Daniel Boyer, le secrétaire général de la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), ces deux mesures attaquent directement les plus démunis et la classe moyenne.

M. Boyer estime qu'un coût annuel de 200 $ par contribuable pour le système de santé aura un impact réel sur le budget des familles qui peinent à joindre les deux bouts, tandis qu'il ne sera même pas remarqué par les citoyens très nantis.

Même chose pour la hausse des frais de scolarité, qui pourrait priver de nombreux jeunes d'un accès aux études supérieures, mais pas les plus riches.

De plus, M. Boyer précise aussi que l'Alliance estime qu'il est trop tôt pour envisager le retour à l'équilibre budgétaire sans affecter durement la population.

L'Alliance sociale propose d'utiliser d'aller puiser les ressources nécessaires pour redresser les finances du Québec dans les poches des particuliers et des entreprises les plus riches, en ajustant les taux d'imposition en conséquence, notamment.

L'Alliance sociale est composée de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), de la Centrale des syndicats du Québec, (CSQ), de la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), du Syndicat de la fonction publique (SFPQ), l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), le Syndicat de professionnels et professionnelles du gouvernement du Québec (SPGQ), la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ).

PLUS:pc