NOUVELLES

Tibet: une religieuse se serait immolée par le feu pour protester contre Pékin

11/02/2012 11:36 EST | Actualisé 12/04/2012 05:12 EDT

PÉKIN, Chine - Le groupe de défense des droits humains Free Tibet a annoncé dimanche qu'une religieuse tibétaine de 18 ans s'était immolée dans l'ouest de la Chine, afin de protester contre la mainmise de Pékin sur les vastes régions tibétaines.

Le groupe a indiqué dans un communiqué que la jeune femme s'était immolée par le feu et qu'elle semblait avoir survécu. Tenzin Choezin était une religieuse au couvent Mamae de la province du Sichuan, dans la préfecture tibétaine d'Aba. Rejoints par téléphone, les autorités et les membres du gouvernement d'Aba ont dit ne pas être au courant de l'affaire, avant de raccrocher la ligne.

Une religieuse de 20 ans qui habitait le même couvent s'est elle aussi immolée par le feu en octobre dernier. Elle serait décédée, au dire de Free Tibet.

Une dizaine de moines, de religieuses et d'autres Tibétains ont fait la même chose au cours de la dernière année, et Free Tibet soutient qu'onze d'entre eux sont morts de leurs blessures. Les groupes de défense estiment que les immolations sont une manière de protester contre les politiques de la Chine et de réclamer le retour du Dalaï-Lama. Le leader spirituel des Tibétains s'est enfui vers l'Inde lors d'un soulèvement infructueux contre le régime chinois en 1959.

Le gouvernement chinois a condamné les immolations et a déclaré que la recrudescence des violences dans les régions tibétaines, au nombre desquelles se trouvent des affrontements meurtriers entre les manifestants tibétains et les forces de sécurité, sont fomentées par des forces étrangères qui souhaitent séparer le Tibet de la Chine.

Pendant les derniers mois, la région a connu sa période la plus mouvementée depuis 2008, quand les émeutes meurtrières de la capitale du Tibet, Lhasa, s'étaient répandues dans les provinces avoisinantes. La Chine avait répondu à ces démonstrations en envoyant des soldats et en bloquant la venue d'étrangers dans certaines régions du Tibet.

Des journalistes occidentaux ont rapporté se faire refuser l'accès à cette partie du Sichuan depuis plusieurs semaines.

PLUS:pc