NOUVELLES

Un moine récemment libéré de prison a été brièvement détenu au Myanmar

10/02/2012 06:17 EST | Actualisé 11/04/2012 05:12 EDT

RANGOON, Myanmar - Un moine bouddhiste bien connu, qui se trouvait parmi les centaines de prisonniers politiques libérés le mois dernier, au Myanmar, a été relâché tard vendredi après avoir été arrêté en pleine nuit par les autorités.

Shin Gambira, âgé de 33 ans, est l'un des dirigeants de la prétendue révolution du safran, un soulèvement anti-gouvernemental mené en 2007 par des moines qui s'opposaient à la junte militaire alors au pouvoir.

Il avait été arrêté peu après une opération militaire contre les manifestants et a été libéré le 13 janvier dernier lorsque le nouveau gouvernement du Myanmar a semblé vouloir démontrer sa bonne volonté en procédant à la remise en liberté de centaines de prisonniers.

Toutefois, la détention de M. Gambira, vendredi, rappelle les méthodes de l'ancien régime, qui était connu pour arrêter les dissidents au milieu de la nuit.

Un responsable du ministère de l'Intérieur a indiqué que M. Gambira a été «emmené» du monastère de Rangoon où il habite pour être «questionné sur des évènements survenus après sa libération».

Le responsable, qui s'est exprimé sous le couvert de l'anomymat, a expliqué que M. Gambira et d'autres moines auraient pénétré illégalement à l'intérieur de monastères fermés après le soulèvement de 2007.

M. Gambira aurait aussi publiquement critiqué les réformes démocratiques du nouveau gouvernement.

Le responsable a ajouté que M. Gambira a été renvoyé au monastère dans la soirée.

Sa détention survient alors que les yeux de la communauté internationale sont tournés vers la Birmanie, alors que le gouvernement civil nouvellement nommé s'est attiré des félicitations prudentes jusqu'à présent.

PLUS:pc