NOUVELLES

SNC-Lavalin annonce le départ de deux vice-présidents proches des Kadhafi

10/02/2012 06:50 EST | Actualisé 11/04/2012 05:12 EDT
AFP

MONTRÉAL - L'entreprise montréalaise SNC-Lavalin (TSX:SNC) a annoncé jeudi soir les départs de deux vice-présidents, dont Stéphane Roy.

Selon ce que rapportait la semaine dernière le réseau anglais de Radio-Canada, M. Roy aurait été en compagnie d'une des cinq personnes accusées d'avoir comploté pour faire entrer clandestinement au Mexique des membres de la famille Kadhafi.

Un porte-parole de la firme d'ingénierie avait reconnu par courriel que M. Roy, qui a supervisé des projets en Libye totalisant des milliards de dollars, était à Mexico lorsque la Mexicaine Gabriela Davila Huerta a été arrêtée, le 11 novembre.

Trois autres personnes, dont la Canadienne Cynthya Vanier, ont été arrêtées relativement à cette affaire.

M. Roy était vice-président aux relations avec les investisseurs.

SNC-Lavalin a également annoncé jeudi soir par communiqué que son vice-président directeur, Riadh Ben Aïssa, n'était "plus à l'emploi de l'entreprise".

Dans son communiqué, la compagnie signale que des "questions concernant la conduite d'employés de SNC-Lavalin ont récemment alimenté l'opinion publique". SNC-Lavalin a tenu à réitérer que tous ses employés doivent respecter son code de déontologie et de conduite dans les affaires.

À la mi-janvier, le grand patron du géant de l'ingénierie, Pierre Duhaime, soutenait que les entreprises étrangères pouvaient contribuer à redresser la situation économique libyenne.

La multinationale montréalaise a suscité de vives critiques l'an dernier en raison de sa participation à la construction d'un centre de détention pour l'ancien régime de Mouammar Kadhafi. Ce contrat est actuellement en suspens,

à l'instar des autres projets de SNC-Lavalin dans le pays.

SNC-Lavalin a passé plus d'une décennie en Libye pour la construction d'un nouvel aéroport, d'une prison et de conduites d'eau, projets totalisant des milliards de dollars. La firme canadienne tirait 15 pour cent de ses revenus totaux de la Libye, lorsqu'elle a cessé ses opérations et évacué son personnel dans la foulée des sanctions contre le régime Kadhafi.

Selon ce que rapportait "La Presse" au début du mois, Riadh Ben Aïssa avait tissé des liens étroits avec la famille Kadhafi.

Charles Chebl, qui compte plus de 25 années d'expérience au sein de SNC-Lavalin, a été nommé vice-président directeur de l'unité d'exploitation "Infrastructures et Construction" de l'entreprise.

SNC-Lavalin a des bureaux dans tout le Canada et dans plus de 40 autres pays.