NOUVELLES

Pêche illégale: le député Georges Mamelonet contestera l'amende

10/02/2012 03:47 EST | Actualisé 11/04/2012 05:12 EDT

VICTORIAVILLE, Qc - Accusé de pêche illégale d'oursins, le député libéral Georges Mamelonet n'a pas l'intention de s'en laisser imposer. Pendant que le Parti québécois (PQ) demande au premier ministre Jean Charest de lui retirer ses responsabilités d'adjoint parlementaire aux Pêcheries, le principal intéressé soutient qu'il contestera l'amende qui lui a été imposée par Pêches et Océans Canada.

Le député de Gaspé, propriétaire jusqu'en 2010 d'un restaurant de fruits de mer situé à Percé, a reconnu vendredi avoir pêché de l'oursin l'été dernier sans détenir le permis requis.

Il est toutefois hors de question pour lui de plaider coupable à cette infraction à la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral.

«J'en pêche 50 livres par année, je préviens Pêches et Océans et on me met une amende. Je vais aller faire valoir mon point de vue en cour, c'est tout. C'est pas de l'injustice, disons une petite erreur administrative et je pense que ça va se régler. Je suis assez confiant du fait qu'on va trouver une solution», a-t-il dit, en marge du caucus des députés libéraux à Victoriaville.

M. Mamelonet a par ailleurs dénoncé le fait que «les règles changent» et que «personne n'est vraiment au courant de la façon dont on pêche l'oursin et de la façon dont on exploite l'oursin».

Du côté du ministère fédéral, on précise que le député avait été averti de l'illégalité de ce type de pêche quelques semaines avant qu'il ne soit pris en défaut.

«M. Mamelonet avait été avisé en juillet que ça lui prenait absolument un permis pour faire ses activités de pêche à l'oursin. Malgré tout, il a été pris en flagrant délit. C'est la raison pour laquelle des accusations ont été portées», a expliqué Michel Plamondon, conseiller principal en communications chez Pêches et Océans Canada.

La preuve a été déposée jeudi matin au palais de justice de Percé, où Georges Mamelonet devra comparaître le 2 avril prochain, a précisé le procureur de la Couronne pour le service des poursuites pénales du Canada, Denis Lavoie.

Si le député de Gaspé est reconnu coupable, il pourrait écoper d'une amende, dont le montant n'est pas déterminé de façon précise par le règlement.

«Il n'y a pas beaucoup de décisions qui concernent ce genre d'infraction-là, a indiqué Me Lavoie. La loi précise que le juge a la discrétion d'imposer une amende de 0 à 100 000 $. On ne se retrouvera certainement pas en haut de l'échelle. Ça pourrait aller de quelques centaines de dollars à quelques milliers de dollars, tout dépendant des circonstances.»

Le PQ n'a pas tardé à réagir par la bouche de son porte-parole en matière de pêcheries, Pascal Bérubé. Se disant «troublé» par l'accusation de pêche illégale qui vient de tomber sur Georges Mamelonet, le député de Matane a pressé le premier ministre Jean Charest d'agir.

«Le temps que cette histoire soit éclaircie et réglée, il serait inconcevable que Jean Charest permette au député de Gaspé de conserver ses privilèges d'adjoint parlementaire au ministre responsable des Pêcheries. C'est une question d'éthique élémentaire», a déclaré M. Bérubé par voie de communiqué.

PLUS:pc