NOUVELLES

Deux personnes auraient été arrêtées au Pakistan pour le meurtre de Rabbani

10/02/2012 05:14 EST | Actualisé 11/04/2012 05:12 EDT

KABOUL - Les autorités pakistanaises auraient arrêté deux suspects en lien avec l'assassinat, l'année dernière, d'un ancien président de l'Afghanistan qui tentait de négocier un accord de paix avec les Talibans, selon ce qu'ont affirmé vendredi deux responsables afghans.

Ils ont ajouté que les deux suspects étaient détenus dans la ville de Quetta, au Pakisan, la base présumée de l'insurrection talibane.

Le chef de la police de Quetta et le porte-parole de la force paramilitaire de la région, Frontier Corps, ont affirmé qu'ils n'avaient pas entendu parler des arrestations. Des responsables des ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères n'ont pas répondu aux demandes d'entrevue.

Les relations avec le Pakistan se sont compliquées après le meurtre de Burhanuddin Rabbani, un ancien président de l'Afghanistan et chef du conseil de paix nommé par le gouvernement. M. Rabbani a été tué le 20 septembre 2011 à son domicile de Kaboul par un kamikaze qui s'était fait passer pour un émissaire envoyé par les Talibans.

Les autorités afghanes ont blâmé les insurgés basés au Pakistan pour le meurtre, qui a amoindri les espoirs de réconciliation avec les Talibans et augmenté les craintes concernant la situation sécuritaire au pays, alors que les troupes étrangères commençaient à se retirer.

Le ministre de l'Intérieur de l'Afghanistan, Bismullah Khan Mohammadi, est allé plus loin, déclarant, devant le Parlement, que le service des renseignements du Pakistan était impliqué dans le meurtre. Les autorités pakistanaises ont démenti l'allégation, la qualifiant d'irresponsable et de non fondée.

Une commission spéciale nommée par le président Hamid Karzaï pour enquêter sur le meurtre de M. Rabbani a conclu que l'attaque avait été planifiée à partir de Quetta et que l'assaillant principal était un citoyen pakistanais. La commission a remis aux autorités pakistanaises les noms et coordonnées des gens soupçonnés d'avoir participé au complot.

L'un des deux responsables afghans, qui s'est exprimé sous le couvert de l'anonymat, a indiqué que deux individus ont été arrêtés à Quetta la semaine dernière et qu'ils se trouvaient sur la liste de suspects potentiels remise au Pakistan.

PLUS:pc