Casinos: bientôt la reconnaissance faciale pour les joueurs pathologiques

Publication: Mis à jour:
CASINO RECONNAISSANCE FACIALE
La Société des casinos du Québec lancera un tout nouveau projet-pilote de reconnaissance faciale dans les prochaines semaines à Montréal. | ShutterStock

Afin de réduire encore plus l’accès aux 4000 joueurs compulsifs, la Société des casinos du Québec lancera un tout nouveau projet-pilote de reconnaissance faciale dans les prochaines semaines à Montréal.

«C’est une mesure additionnelle que nous voulons mettre en place», indique Patrick Howe, porte-parole de la Société des casinos.

Le Casino de Montréal sera le premier au Québec à bénéficier de la reconnaissance faciale. Si le projet-pilote s’avère performant, la Société envisage déjà d’implanter le système à l’ensemble de ses casinos. «Nous avons prévu une période d’essai de 12 mois pour évaluer les données, notamment», explique le porte-parole.

L’appel d’offres pour l’implantation du système de reconnaissance faciale a été lancé la semaine dernière. Or, déjà plusieurs casinos à travers le monde, dont dans l’Ouest canadien, possèdent ce type d’outil pour réduire l’accès aux joueurs compulsifs. «Nous sommes allés voir en Ontario comment ça fonctionnait pour s’en inspirer», dit M. Howe.

Caméras biométriques

La reconnaissance faciale fonctionne avec des caméras biométriques installées à l’entrée des casinos. Une fois passé le seuil de la porte, le système informatique lié à la caméra analysera le visage des visiteurs. Un avertissement sera envoyé par la suite aux gardiens de sécurité si le système reconnaît le visage un joueur compulsif, dont le casino possède la photo.

Une mesure qui permettra d’intervenir plus rapidement et alléger le travail des gardiens de sécurité, estime la Société des casinos du Québec. «C’est une mesure technologique très performante», ajoute-t-il.

Le porte-parole de la Société des casinos du Québec assure toutefois que le système d’identification faciale sera utilisé seulement pour les personnes ayant signé un contrat volontaire demandant une intervention particulière avec le casino.

Du côté de la Maison Jean-Lapointe, on salut l’initiative de la Société des casinos du Québec. «Il y a seulement deux agents de sécurité pour les joueurs compulsifs dans les casinos. Une mesure additionnelle ne peut qu’aider», estime Anne Élizabeth Lapointe, directrice adjointe de la Maison Jean-Lapointe.

Selon Mme Lapointe, le jeu pathologique toucherait 120 000 adultes et de 30 000 à 40 000 jeunes de moins de 18 ans au Québec. Une donnée stable, tempère toutefois la directrice adjointe de la Maison.