Super Bowl: les Pats n'accusent personne pour leur défaite face aux Giants

Publication: Mis à jour:
AARON HERNANDE PATRIOTS
Le receveur des Patriots Aaron Hernandez a laissé filer plusieurs passes de Tom Brady (AP Photo/Charlie Riedel) | AP

FOXBOROUGH, États-Unis - Les Patriots de la Nouvelle-Angleterre ont dit qu'ils n'allaient pas pointer qui que ce soit du doigt pour leur défaite dans le Super Bowl de dimanche, même si le mannequin Gisele Bundchen a décidé de ne pas suivre leur exemple.

L'épouse du quart des Patriots Tom Brady a été surprise à jeter le blâme pour la défaite 21-17 subie aux mains des Giants de New York — leur deuxième au Super Bowl en cinq ans — sur les passes échappées par ses receveurs.

Tard dans la rencontre, le receveur Wes Walker, habituellement plutôt fiable, a échappé une passe lancée vers lui. Aaron Hernandez et Deion Branch ont aussi éprouvé des ennuis avec des passes décochées en leur direction.

Après le match, Bundchen a lancé à des partisans des Giants qui la narquaient que son conjoint «ne peut pas capter les passes qu'il tente». La tirade ponctuée de termes peu élogieux a été captée par les caméras de TheInsider.com.

Brady n'était pas disponible pour commenter ses propos, lundi, quand l'équipe a regagné Gillette Stadium après son vol en provenance d'Indianapolis. Quand on lui demandé si l'équipe avec un commentaire à formuler, le porte-parole des Patriots, Stacey James, a serré les lèvres et fait non de la tête.

Mais le demi défensif James Ihedigbo a déclaré que Welker était l'un des joueurs-clés ayant permis aux Pats d'atteindre le Super Bowl et qu'il n'est pas à blâmer pour la défaite.

«On ne peut pas pointer du doigt qui que ce soit. Wes a fait de gros jeux toute la saison, a-t-il dit. Vous gagnez en équipe, vous perdez en équipe. Et on a perdu contre un bon club de football.»

Sur le web

Gisele Bündchen console son quaterback de mari après sa défaite au Superbowl

Les premiéres leçons de la défaite des Patriots

Jean Pascal parie sa voiture au Super Bowl

Super Bowl : Birdman pleure, 50 Cent rit !

Super Bowl XLVI – La saison des Patriots : Merci au trio infernal