Le Canadien tient une courte séance d'entraînement facultative à Brossard

Publication: Mis à jour:
CANADIAN BROSSARD ENTRANEMENT
L'entraîneur Randy Cunneyworth en compagnie de ses joueurs. (THE CANADIAN PRESS IMAGES/Graham Hughes) | THE CANADIAN PRESS IMAGES/Graham Hughes

BROSSARD, Qc - Le Canadien n'est peut-être pas mort, mais il n'est pas fort. La visite du psychologue de l'équipe, David Scott, ne pouvait pas mieux tomber, vendredi, en vue du programme double de la fin de semaine du Super Bowl.

Le psy a tenu un message d'espoir aux joueurs, en leur rappelant que des équipes avaient déjà relevé des défis bien pires que celui auquel ils sont confrontés. Le jeune attaquant Lars Eller a été très attentif, on dirait.

«Il y a encore de l'espoir. Nous avons encore une chance, a affirmé Eller. Nous nous retrouvons dans le gros pétrin, mais nous allons nous battre jusqu'à la fin, un match à la fois.»

Un jour à la fois, on est rendu là chez le Canadien. L'entraîneur Randy Cunneyworth défend presque à ses troupiers d'envisager plus de 24 heures à la fois ou de même regarder le classement.

«Nous avons passé trop de temps à parler de ce qui ne fonctionne pas ou de ce que nous faisons mal, a continué le jeune Danois. On a trop mis l'accent sur les aspects négatifs. Nous devrions moins parler et davantage agir.»

Il n'y a pas de meilleur moment pour le faire... Encore faut-il y croire.

L'entraîneur a dit ne pas douter un instant que le groupe n'a pas abandonné et qu'il se serre les coudes plus fort que jamais.

«La situation est frustrante, je ne vous mentirai pas, a-t-il élaboré. La chose la plus difficile, c'est l'aspect psychologique parce que nous n'obtenons pas les succès que nous souhaitons. L'important, c'est de vite faire le vide, de se remettre à la tâche et d'être prêt à jouer.»

Eller a dit croire «fermement» que le Canadien a les atouts pour faire partie des huit meilleures équipes de son association.

«Mais nous ne jouons pas comme une des huit meilleures, a-t-il enchaîné. Ce n'est pas que nous n'essayons pas, nous essayons mal. Nos adversaires sont meilleurs sur le plan collectif.»

Eller a avancé que le Canadien a perdu une partie de son identité au travers de tous les changements que les dirigeants ont opérés dans la foulée du mauvais début de saison.

Légère séance

Cunneyworth a soumis ses troupiers à une séance d'entraînement facultative d'une vingtaine de minutes, vendredi. Seuls l'ailier Erik Cole et le défenseur Josh Gorges n'y ont pas participé.

«C'était notre séance de matin du match», a-t-il souligné, en parlant des deux prochaines rencontres qui auront lieu en après-midi (14h).

Le CH recevra d'abord la visite des Capitals de Washington, samedi, et celle ensuite des Jets de Winnipeg, dimanche.

Le duel de samedi marquera le retour d'Alexander Ovehckin, affamé après avoir purgé une suspension de trois matchs.

«J'adore les matchs en après-midi. Il devrait y en avoir davantage», a dit Eller.

Palushaj rappelé

Blessé la veille, dans la défaite de 5-3 contre les Devils du New Jersey, Michael Blunden sera indisponible, samedi, et le Tricolore a rappelé l'attaquant Aaron Palushaj des Bulldogs de Hamilton.

Blunden a été mis K.-O. par une mise en échec par derrière de Patrik Elias. L'attaquant des Devils a écopé une pénalité mineure sur la séquence. Vendredi, la LNH lui a imposé une amende de 2500 $.

Palushaj a disputé 15 matchs avec le CH cette saison et il est encore à la recherche d'un premier point.

Comme l'ailier Ryan White n'effectuera pas un retour au jeu, Louis Leblanc, qu'on a rappelé mercredi, va être de la partie.

L'entraîneur a par ailleurs confirmé que le gardien réserviste Peter Budaj sera devant le filet face aux Caps.

Au rayon des autres nouvelles, l'équipe a inscrit le nom de Travis Moen sur la listes des joueurs blessés. On s'attend tout de même à ce qu'il puisse effectuer un retour «peut-être» la semaine prochaine.

Le défenseur Andrei Markov a de nouveau patiné en solitaire, mais on est encore très loin d'évoquer son retour au jeu.