NOUVELLES

Hamed Shafia fait appel de sa condamnation

31/01/2012 02:18 EST | Actualisé 01/04/2012 05:12 EDT
PC

TORONTO - L'avocat de Hamed Shafia a annoncé mardi que son client avait officiellement interjeté appel du verdict de culpabilité prononcé contre lui dimanche par un jury relativement aux meurtres prémédités de quatre femmes de sa famille.

Me Patrick McCann a indiqué que le principal motif de l'appel était lié à l'admission de certaines preuves durant le procès, dont les propos des victimes relatés par des témoins.

«C'est lié à l'admissibilité de preuves par ouï-dire des propos des filles et de Rona, ainsi qu'à l'admissibilité de témoignages d'experts portant sur le concept de 'crime d'honneur'», a affirmé l'avocat mardi dans une entrevue d'Ottawa.

Hamed Shafia, aujourd'hui âgé de 21 ans, et ses parents ont été reconnus coupables de quatre chefs d'accusation de meurtre prémédité. Ils ont tous écopé de la peine automatique liée à ces accusations: l'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans.

Me McCann ne pouvait confirmer si Mohammad Shafia et Tooba Yahya porteraient aussi en appel le verdict du jury, mais selon lui, ils le feront. «C'est ce que j'en comprends», a-t-il affirmé.

La Couronne a plaidé pendant le procès que les meurtres avaient été commis pour restaurer l'honneur de la famille, après que les trois filles eurent violé les règles strictes imposées par leur père.

Les corps des soeurs Zainab, Sahar et Geeti Shafia, ainsi que celui de la première femme de leur père polygame, Rona Amir Mohammad, ont été retrouvés dans une voiture au fond d'une écluse du canal Rideau à Kingston le 30 juin 2009.

Réaction diplomatique

Par ailleurs, l'ambassade d'Afghanistan à Ottawa a condamné les meurtres perpétrés par les trois criminels.

Dans un communiqué émis mardi, la mission diplomatique qualifie les quatre assassinats de «crimes haineux contre l'humanité».

L'ambassade fait valoir que ces comportements ne font pas partie de la culture musulmane ou afghane, et ne sont «aucunement acceptables».

«Il n'y a rien d'honorable dans la violence perpétrée envers quiconque, et particulièrement contre des femmes innocentes. Les crimes d'honneur sont inacceptables en vertu de la Constitution afghane», a écrit l'ambassade.

«Qu'Allah bénisse l'âme de ces victimes innocentes et puisse leur accorder le plus haut niveau du paradis.»