NOUVELLES

Le voyage aux Oscars a commencé au théâtre pour l'équipe de «Monsieur Lazhar»

29/01/2012 03:30 EST | Actualisé 30/03/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les producteurs du film «Monsieur Lazhar», finaliste aux Oscar, reconnaissent avoir douté qu'une pièce de théâtre sur un enseignant ayant émigré au pays puisse être adaptée au cinéma.

Avec le réalisateur Philippe Falardeau, Luc Déry et Kim McCraw étaient allés voir la pièce, intitulée «Bashir Lazhar», et ils se souviennent de l'enthousiasme manifesté par la cinéaste afin de porter à l'écran l'oeuvre d'Évelyne de la Chenelière.

«Nous étions vraiment étonnés, Luc et moi», s'est souvenue Mme McCraw lors d'une entrevue téléphonique.

«Nous étions étonnés parce qu'il s'agissait d'un seul personnage (...) et nous nous demandions comment il allait faire ça.»

Les producteurs ont trouvé fascinante cette histoire d'un immigrant venu d'Algérie pour aider une classe de jeunes écoliers à faire face au suicide de leur professeure.

Il s'agit d'une histoire empreinte de tendresse traitant de la différence culturelle dans une école élémentaire de Montréal aux prises avec sa propre tragédie.

«Le sujet était vraiment intéressant», a affirmé Mme McCraw, parlant de l'exploration de la douleur de même que de l'expérience que représente l'immigration.

«Monsieur Lazhar», qui est produit par la maison de production montréalaise de Mme McCraw et M. Déry, micro_scope, est en nomination dans la catégorie de l'Oscar du meilleur film étranger, qui sera remis le 26 février à Los Angeles.

C'est la deuxième fois en autant d'années que l'un des films de micro_scope se retrouve en nomination dans cette catégorie. L'an dernier, il s'agissait d'«Incendies», réalisé par Denis Villeneuve.

«Nous voulons gagner cette fois, a lancé à la blague M. Déry. Nous commençons à aimer ça.»

Mme McCraw et M. Déry ont tous deux ri lorsqu'il leur été fait remarquer que leur précédent voyage aux Oscar avait aussi commencé par une soirée au théâtre.

M. Villeneuve avait en effet été ravi par la pièce «Incendies», de Wajdi Mouawad, et il avait pressé les deux producteurs à la voir, insistant au passage sur son souhait de la porter au grand écran.

PLUS:pc