NOUVELLES

L'opposition sénégalaise appelle à manifester contre le président Wade

28/01/2012 01:29 EST | Actualisé 29/03/2012 05:12 EDT

L'opposition sénégalaise a appelé la population à se soulever contre la décision du président Wade de briguer un troisième mandat. La coalition M23, qui représente les principaux candidats de l'opposition à l'élection présidentielle du 26 février, affirme que le Conseil constitutionnel a trahi le peuple en validant la candidature d'Abdoulaye Wade.

Dans un communiqué publié samedi, la coalition M23 souligne qu'"une page noire vient d'être écrite dans l'histoire de notre pays par la décision".

Le candidat de l'opposition Macky Sall, un ancien premier ministre de M. Wade, a déclaré qu'ils avaient donné "l'ordre" aux gens de descendre dans les rues.

La situation restait tendue à Dakar, où des violences ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi après la validation par le Conseil constitutionnel de la candidature du président Wade, qui brigue à 85 ans un troisième mandat. La candidature du populaire chanteur Youssou N'Dour a en revanche été rejetée. Ce dernier devait déposer un recours.

Au pouvoir depuis 2000, Abdoulaye Wade se présente pour un troisième mandat grâce une interprétation du code électoral qui lui permet de contourner la limitation constitutionnelle à deux mandats présidentiels. Ce que conteste l'opposition, en dénonçant un coup de force.

Vendredi soir, le Conseil constitutionnel a validé la candidature de 14 candidats, dont Wade, mais rejeté celle du chanteur Youssou N'Dour. L'artiste engagé et de renommée internationale ne "lâche pas" et parle de "démocratie bafouée". "Je vais me rebeller par rapport à cette situation politique", a-t-il expliqué, en appelant la "population à se joindre" à lui. "Wade, il dégage", a lancé le chanteur. Il a ensuite précisé, à l'antenne de la chaîne de télévision privée dont il est propriétaire, qu'il déposerait un recours contre le rejet par le Conseil constitutionnel de sa candidature.

Quelques minutes après les annonces de la haute instance, de violents incidents ont éclaté entre policiers et plusieurs centaines de jeunes qui s'étaient rassemblés sur une place du centre de Dakar. Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les jeunes, qui se sont dispersés dans des rues adjacentes avant de revenir par petits groupes jeter des pierres sur les policiers.

Abdoulaye Wade s'est adressé à la nation dans un discours, appelant à "cesser ces manifestations de mauvaise humeur qui ne conduisent à rien". "Je n'ai rien demandé, que la loi. Et c'est la loi qui a été exprimée", a-t-il fait valoir, cité par l'agence de presse officielle.

PLUS:pc