NOUVELLES

Le PDG de la Banque royale d'Écosse renonce finalement à un boni en actions

28/01/2012 07:59 EST | Actualisé 29/03/2012 05:12 EDT

LONDRES - Le président de la Banque royale d'Écosse Philip Hampton a renoncé à un boni de 2,2 millions $ (1,4 million de livres) en actions, a annoncé samedi la banque, alors que les critiques fusaient à propos d'une prime de départ versée récemment à l'administrateur général Stephen Hester.

La banque qui a été sauvée par le gouvernement il y a trois ans a indiqué, samedi, que M. Hampton ne recevrait pas les 5,17 millions d'actions prévues en prime de départ lorsqu'il est entré au service de la banque en 2009.

Le gouvernement britannique a dépensé 45 milliards de livres pour éviter la faillite de l'institution il y a trois ans. Il en possède toujours 82 pour cent des parts, et les politiciens sont furieux à propos d'une gratification de près d'un demi-million de livres qu'a touché l'administrateur général Stephen Hester.

MM. Hester et Hampton ont été embauchés après la démission, en 2008, de Fred Goodwin qui avait piloté la néfaste acquisition de la banque néerlandaise ABN Amro en 2007. Le gouvernement avait par la suite déboursé des milliards pour renflouer la Banque royale d'Écosse.

Le conseil d'administration a décidé cette semaine de verser à M. Hester un boni de 3,6 millions d'actions qui valaient environ un million de livres.

Le boni auquel avait droit le président Hampton faisait partie d'une prime de départ négociée lorsqu'il a rejoint la RBS en 2009. Il a renoncé à cette prime en raison de la situation actuelle qui force le gouvernement à réduire les dépenses et à augmenter les taxes.

Sa décision pourrait augmenter la pression sur Stephen Hester pour qu'il renonce lui aussi à cette prime de départ.

PLUS:pc