NOUVELLES

Attaque à Haditha: l'Irak compte se tourner vers la justice au nom des victimes

26/01/2012 04:01 EST | Actualisé 27/03/2012 05:12 EDT

BAGDAD - L'Irak se tournera vers la justice pour défendre les familles de 24 civils irakiens non armés tués lors d'un raid américain à Haditha il y a sept ans, selon ce qu'a annoncé un porte-parole du gouvernement irakien jeudi.

Cette annonce a été faite après que le seul soldat américain condamné pour l'attaque eut signé un accord lui évitant la prison.

Les habitants d'Haditha, un ancien château-fort de l'insurrection sunnite comprenant environ 85 000 âmes le long de la vallée du fleuve Euphrate, ont exprimé leur colère envers le système judiciaire militaire pour avoir permis au sergent d'état-major Frank Wuterich d'éviter la prison.

Le porte-parole du gouvernement irakien, Ali al-Moussawi, a estimé que l'incident à Haditha constituait un crime contre d'innocents civils. Il a ajouté que le gouvernement aura recours à des procédures légales et judiciaires pour obtenir justice dans ce dossier.

Il n'a pas donné plus de détails et le ministre irakien de la Justice a refusé de commenter.

L'armée américaine a rétorqué qu'elle ne commentait pas de telles déclarations faites par des gouvernements étrangers.

M. Wuterich a été condamné pour un chef d'accusation de retraite négligente en service. Il pourrait voir son grade réduit, mais il n'ira pas en prison, dans le cadre d'un accord qui a mis un terme à son procès pour meurtre.

Il s'est excusé pour les pertes de vie, mais a signifé que son escouade ne s'est pas mal comportée. Il a aussi reconnu avoir demandé à ses troupes de «tirer d'abord, poser des questions ensuite» après qu'une attaque à la bombe eut tué un soldat américain.

Huit soldats avait d'abord été accusés en lien avec l'attaque, l'une des pires sur des civils irakiens pendant les neuf ans de conflit. L'un d'entre eux a été acquitté et les accusations contre les six autres ont été abandonnées.

PLUS:pc