NOUVELLES

Le ministre Joe Oliver voit l'oléoduc Northern Gateway comme un avantage

25/01/2012 07:50 EST | Actualisé 26/03/2012 05:12 EDT

CALGARY - Le ministre fédéral des Ressources naturelles dit demeurer confiant que les leaders autochtones en viendront éventuellement à appuyer le controversé projet d'oléoduc Northern Gateway de l'Alberta au nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Joe Oliver a déclaré que le gouvernement estime à 3300 milliards $ l'activité économique qui sera créée par le secteur des sables bitumineux au cours des 25 prochaines années, fournissant à Ottawa des centaines de milliards $ qu'il pourrait utiliser pour soutenir des programmes sociaux comme la construction de logements, l'éducation et les pensions.

Le ministre dit avoir eu l'opportunité de discuter du projet avec des leaders autochtones lors du sommet des Premières nations à Ottawa, dont un certain nombre de chefs provenant de Colombie-Britannique.

M. Oliver a expliqué à des journalistes avoir toujours espéré que l'oléoduc permettrait de résoudre des problèmes et créer une activité économique profitable.

Le ministre a ajouté qu'il estimait que les communautés autochtones et les Premières nations pouvaient se transformer et tirer parti de certains de ces développements. Selon lui, il y a de l'argent, un partage des profits et des emplois à la clé, et le gouvernement espérerait donc poursuivre les discussions avec les Premières nations et voir s'il est possible d'atteindre conjointement les objectifs fixés.

Toujours selon M. Oliver, le gouvernement fédéral a une obligation constitutionnelle de consulter et de s'adapter, et c'est ce qui se passera.

Enbridge veut construire un oléoduc à double canalisation, long de 1170 kilomètres, qui transporterait du pétrole des sables bitumineux de l'Alberta à Kitimat, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, où de gigantesques pétroliers transporteraient le carburant en Asie.

Les gouvernements albertain et fédéral ont affirmé que l'oléoduc est essentiel pour développer de nouveaux marchés pour les ressources du pays, particulièrement en Asie.

Des entreprises d'État chinoises ont investi 5 milliards $ dans le secteur canadien de l'énergie. Mais sans un oléoduc vers la côte, il n'existe pas de méthode facile pour expédier de grandes quantités de pétrole en Chine.

Les audiences publiques concernant le projet d'oléoduc de 5,5 milliards $ ont débuté en Alberta la semaine dernière. Plus de 4000 personnes se sont inscrites pour s'exprimer à propos du projet lors de consultations organisées en Alberta et en Colombie-Britannique au cours des 18 prochains mois.

Des groupes environnementaux, autochtones et à caractère social ont soutenu que les risques de fuite de l'oléoduc ou d'un pétrolier sont trop grands. Non seulement l'oléoduc franchirait-il des montagnes, des rivières et d'autres cours d'eau, il remplirait plus de 200 pétroliers par année qui devraient alors naviguer dans les eaux dangereuses du passage Douglas avant d'atteindre l'océan.

Le ministre Oliver a réitéré sa promesse de non-intervention du gouvernement dans les audiences.

PLUS:cppc