NOUVELLES

Des jeunes célèbrent après une autre attaque contre la police au Nigeria

25/01/2012 04:47 EST | Actualisé 26/03/2012 05:12 EDT

KANO, Nigeria - Des jeunes en colère se sont hissés sur un camion calciné près d'un poste de police dans le nord du Nigeria, mercredi, alternant les cris de soutien à la secte islamiste radicale ayant bombardé le poste et les promesses de s'en prendre à tout agent qui reviendrait sur les lieux.

La foule a débarqué mercredi devant les bureaux de la police au lendemain d'une attaque, qui aurait été perpétrée par la secte du nom de Boko Haram, responsable la semaine dernière de la mort d'au moins 185 personnes dans des frappes coordonnées contre divers postes de police dans la deuxième ville en importance, Kano.

Leur jubilation souligne un danger croissant au Nigeria: une jeunesse peu éduquée et sans emploi dans le nord dont la colère contre la corruption et la faiblesse du gouvernement central en fait un terreau fertile pour le recrutement par la secte ou d'autres groupes radicaux.

Des membres présumés du Boko Haram ont cerné la station de police mardi soir, à Kano, ville de plus de 9 millions d'habitants. Les hommes armés ont ordonné aux civils de quitter le secteur, avant de scander «God is great» («Dieu est grand») en lançant des bombes artisanales dans le poste de police et en tirant avec des armes légères, selon des témoins.

Des journalistes de l'Associated Press ont vu mercredi des jeunes prendre d'assaut la station, alors que la fumée envahissait le secteur. Les portes de cellules étaient ouvertes.

Également mercredi, le président Goodluck Jonathan a limogé le chef de la police nigériane, Hafiz Ringim.

Une déclaration de la présidence a aussi indiqué que Goodluck Jonathan avait «approuvé le départ» de tous les adjoints et désigné un comité pour évaluer les manières de réformer les forces policières.

PLUS:cppc