NOUVELLES

Nicolas Sarkozy veut défendre les professionnels de la culture contre les "pirates" et "l'économie mafieuse"

24/01/2012 09:22 EST | Actualisé 25/03/2012 05:12 EDT

Lors de la cérémonie des voeux au monde de la culture à Marseille, le président de la République Nicolas Sarkozy, qui était accompagné du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, a dit son soutien mardi aux professionnels et fait le procès des "pirates" de tout poil.

Le discours présidentiel a eu lieu dans les locaux du futur Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (Mucem), conçu par l'architecte Rudy Ricciotti, à l'issue d'une visite du chantier du Fort Saint-Jean et du chantier du Mucem en construction.

Cet ensemble, qualifié de "chantier culturel majeur" du quinquennat, a été possible grâce à un investissement de 100 millions d'euros de la part de l'Etat. "J'ai toujours défendu les budgets de la culture. Je continuerai à le faire. Vous êtes une priorité", a lancé le président Sarkozy.

Le chef de l'Etat a toutefois tenu à resituer les efforts consentis dans le cadre du contexte de crise. "La crise crée beaucoup de souffrances. Elle demande un effort. Je respecte trop le monde de la culture pour le considérer à l'écart des soubresauts du monde", a-t-il ajouté. "Plus la tempête est forte, plus le vent souffle, plus la culture peut servir de boussole", a-t-il insisté, faisant un parallèle avec le musée Guggenheim de Bilbao, porteur depuis sa création de projets et de "fierté" pour les Espagnols. "Le Mucem vise le même rôle de symbole et de catalyseur", a-t-il déclaré.

Le président a rappelé que l'effort annuel de création artistique de l'Etat était de près de 800 millions d'euros en faveur du spectacle vivant. Il a dit que l'effort serait maintenu, rappelant que de 2007 à 2012 le budget de la Culture et de la Communication avait augmenté de 21% au total. Pour Nicolas Sarkozy, "il ne s'agit pas de flatter ni de distribuer des bonnes paroles. Il s'agit de prendre de bonnes décisions". "Un monde nouveau arrive. Il doit s'organiser autour d'un certain nombre de valeurs qui sont les nôtres."

Dans ce contexte, le chef de l'Etat a déclaré qu'il lutterait pour la défense des droits d'auteurs, contre le piratage et les sites de streaming ou de téléchargement direct illégaux. "Nous sommes bel et bien en présence d'une économie mafieuse particulièrement lucrative, qui livre à l'offre légale une concurrence déloyale", a-t-il martelé.

Nicolas Sarkozy a réaffirmé sa volonté de défendre aussi la gratuité des musées et monuments de l'Etat pour les jeunes de 18 à 25 ans. "Plus on va à la culture, plus on a envie d'y retourner", a-t-il précisé.

Le discours du président a seulement été interrompu en fin de séance par une femme qui s'est plainte du "parcours du combattant" associatif qu'il faut souvent accomplir pour se faire une place, faute de crédits suffisants.

Les zones patrimoniales du bâtiment historique de l'Hôtel de la Marine, à Paris, resteront dans le giron de l'Etat, sous la responsabilité du Louvre, conformément aux préconisations du président Valéry Giscard d'Estaing, a enfin annoncé mardi Nicolas Sarkozy. AP

xnis/se/ir

PLUS:cppc