Oscars: «Monsieur Lazhar» dans le top 9

Monsieur Lazhar Oscars

Première Publication: 18/01/2012 13:28 Mis à jour: 30/01/2012 13:22

MONTRÉAL - «Monsieur Lazhar» fait un pas de plus vers une sélection aux Oscar. Le film de Philippe Falardeau fait partie des neuf longs métrages présélectionnés dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, selon ce qui a été annoncé mercredi.

«Je vis un mélange d'excitation, de grande fierté d'une part, et un soulagement d'autre part, car je vous avoue que la matinée a été dure sur le système digestif», a confié le cinéaste en entrevue peu après l'annonce.

En septembre dernier, Philippe Falardeau apprenait que son «Monsieur Lazhar» était choisi pour représenter le Canada dans la course à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Comme le Canada, 64 autres pays devaient soumettre leur meilleur film à l'Académie.

Une liste de neuf longs métrages est désormais soumise aux membres de l'Académie, qui procéderont à un vote final afin de déterminer mardi prochain quels seront les cinq films en lice pour l'Oscar.

La prestigieuse cérémonie se tiendra le 26 février.

«Ça continue, ça devient plus concret. Tout à coup le film se retrouve dans un "pool" de neuf. On a donc un peu plus d'une chance sur deux, mais il faut aussi tenir compte d'un processus de sélection plus pointu et peut-être un peu politique aussi», a commenté Philippe Falardeau.

Parmi les autres films encore en lice figurent «Pina» de Wim Wenders, un hommage en 3D à la carrière de la chorégraphe Pina Bausch, qui est aussi en lice pour le meilleur long métrage documentaire, et «A Separation» de l'Iranien Asghar Farhadi, qui a remporté le Golden Globe du meilleur film étranger la fin de semaine dernière.

Les autres films sont: «Rundskop» («Bullhead») de Belgique, «Superclásico» du Danemark, «Footnote» d'Israël, «Omar m'a tuer» du Maroc, «In Darkness» de Pologne et «Warriors of the Rainbow: Seediq Bale» de Taïwan.

Dans l'histoire des Oscar, quatre films québécois se sont retrouvés en nomination officielle dans la catégorie Meilleur film en langue étrangère: l'an dernier, «Incendies», du réalisateur Denis Villeneuve, ainsi que trois films de Denys Arcand, «Le Déclin de l'empire américain» (1986), «Jésus de Montréal» (1989) et «Les Invasions barbares» (2003). Ce dernier demeure le seul film canadien à avoir remporté la précieuse statuette.

«Après quelques nuits de sommeil, je pourrai vous dire si j'ai commencé à imaginer la cérémonie dans mes rêves, a-t-il soutenu. Il est difficile d'adopter une attitude zen, mais la meilleure façon est d'en profiter au maximum et d'en faire profiter le film.»

La carrière de «Monsieur Lazhar», qui obtenait mardi neuf nominations en vue des Génie canadiens, dont celle pour le meilleur film, se poursuit donc de belle façon.

En plus d'avoir raflé le prix du meilleur film canadien au Festival international du film de Toronto et avoir été consacré meilleur film canadien par l'Association des critiques de films de Toronto, le long métrage a remporté deux prix au Festival de Locarno, en Suisse, en août.

«Monsieur Lazhar», le quatrième long métrage de Philippe Falardeau («La moitié gauche du frigo», «Congorama», «C'est pas moi, je le jure!»), raconte l'histoire d'un immigrant algérien embauché pour devenir le professeur dans une classe regroupant des élèves de 11 et 12 ans ayant de la difficulté à accepter la mort de leur ancien enseignant.

Mardi prochain, lors de l'annonce des cinq finalistes de la catégorie aux Oscar, Philippe Falardeau sera au Festival du film de Sundance, à Park City, en Utah. «Monsieur Lazhar» y est présenté hors compétition dans la catégorie «Spotlight».

Philippe Falardeau a dit croire que son «carnet» de relations de presse déjà chargé à Sundance venait d'être multiplié par deux.

«C'est un honneur pour nous, mais il faut voir aussi ce que ça veut dire pour le cinéma indépendant dans le monde qu'un film apparemment intime et modeste puisse se rendre aussi loin», a-t-il fait valoir.

«Mon parcours ne va pas changer. Je vais continuer à faire du cinéma indépendant, ici au Québec. Une telle visibilité pourrait m'aider si je veux approcher des acteurs plus connus à l'étranger pour mes films», a ajouté le cinéaste.

SUIVRE LE Québec

Publié par CP  |